Blondin championne!

La patineuse de vitesse Ivanie Blondin a mis... (Associated Press)

Agrandir

La patineuse de vitesse Ivanie Blondin a mis la main sur un gros trophée, hier, au départ groupé.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une seule chose lui trottait en tête dans les secondes qui ont précédé le dernier départ groupé de la saison. Ivanie Blondin voulait mettre la main sur le gros trophée remis à la championne du circuit de la Coupe du monde sur longue piste.

La patineuse de vitesse d'Ottawa l'a obtenu sa pièce de collection, hier après-midi, à Erfurt, en Allemagne. Tout ça malgré une huitième position lors de cette course finale de 2014-2015.

Pourquoi? Sa plus proche poursuivante au classement général, la Néerlandaise Irene Schouten, a chuté durant l'épreuve.

«Ça s'est passé tout juste devant moi. Irene s'est fait rentrer dedans par une Autrichienne. J'ai été chanceuse de ne pas tomber aussi, a avoué Blondin au bout du fil.

«J'aurais aimé finir parmi les trois premières durant la course et me trouver sur le podium. Mais en même temps, l'important était de simplement terminer la course, de rester sur mes patins et ne pas chuter à mon tour.»

Il s'agit de sa première couronne en carrière. Blondin, qui vient de compléter sa cinquième saison sur le circuit de la Coupe du monde, a remporté cinq médailles en départ groupé durant l'hiver, dont deux fois l'or.

En février, l'athlète âgée de 24 ans avait été sacrée vice-championne du monde dans cette discipline.

«Je voulais être championne du monde», a-t-elle rappelé, hier, après sa conquête à Erfurt.

Gagner le titre de championne du classement général de la Coupe du monde s'avère un beau prix de consolation à ses yeux.

«Je me suis bien reprise, a-t-elle avoué. C'est un gros accomplissement dans ma carrière, surtout que j'ignore ce que les prochaines années me réservent.»

Une patineuse de vitesse n'est jamais à l'abri d'une blessure pouvant mettre fin à une carrière. Blondin en sait quelque chose.

Son ancienne coéquipière Kristina Groves, également d'Ottawa, n'a jamais disputé une autre course après avoir subi une commotion cérébrale en novembre 2010 lors d'une chute.

«Avoir si bien fait dans les courses cet hiver, ça me donne le goût de recommencer tout de suite une nouvelle saison. Mais je devrais me calmer un peu les pompons et prendre une pause, a soutenu en riant la nouvelle championne, qui a eu droit à une surprise en acceptant son trophée.

«C'était assez pesant. Je commençais avoir mal au bras en tenant ça», a-t-elle fait remarquer.

Ce n'est pas seulement lourd.

Mais aussi assez gros.

«Je ne sais pas où je vais mettre ça dans mes valises! Je vais probablement devoir l'amener avec moi sur l'avion.»

L'or pour Morrison

Ivanie Blondin n'est pas le seul membre de l'équipe canadienne à avoir pareil problème. Son coéquipier Denny Morrison a aussi un imposant trophée à ramener au pays après avoir été couronné champion de la saison au 1500 mètres.

Un autre patineur de la formation nationale, Laurent Dubreuil, a été sacré vice-champion de la Coupe du monde sur 500m.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer