Course sur deux roues entre chien et loup

Un vent de changement souffle sur le Grand Prix cycliste de Gatineau en vue de... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un vent de changement souffle sur le Grand Prix cycliste de Gatineau en vue de sa sixième édition. Sa principale épreuve se déroulera notamment en début de soirée.

La course sur route féminine, qui avait lieu habituellement en fin de matinée durant le week-end, a été devancée à un jeudi. Plus précisément le 4 juin.

Et le départ sera donné sur le coup de 17h30. L'arrivée devrait s'effectuer peu de temps avant le coucher du soleil.

«Un gros changement», lance la directrice technique du Grand Prix, Louise Lalonde.

Le peloton international empruntera aussi un parcours différent. Au lieu de rouler immédiatement sur le boulevard des Allumettières, il se dirigera dans le parc de la Gatineau pour une boucle de 37km.

«Nous voulions que les cyclistes roulent sur le boulevard, mais ça aurait été difficile avec tous les travailleurs qui retournent à la maison. Les policiers nous ont dit qu'on ne pouvait pas passer par là à cette heure-là».

L'artère principale sera fermée à la circulation seulement une soixantaine de minutes plus tard afin de mettre la table à la fin de la course. Les organisateurs s'attendent à ce que la dynamique de l'épreuve change.

«Il y aura une montée de 300 mètres en allant faire une boucle dans le parc», a analysé Lalonde, qui agit aussi en tant que commissaire de courses depuis quatre décennies sur la scène nationale et internationale.

De grosses pointures

Le lendemain matin, ce sera place au contre-la-montre.

Et plusieurs grosses pointures sont attendues du GP de Gatineau. Parmi la vingtaine de formations confirmées, trois se retrouvent dans le top 10 mondial, Velocio-SRAM, Hitec Products et Optum.

«Nous sommes encore en négociations avec deux autres équipes parmi les 10 premières», a souligné Louise Lalonde.

Les équipes de premier plan manquaient à l'appel l'an dernier. Le revirement de situation s'explique par la présentation d'une épreuve de la Coupe du monde le 7 juin à Philadelphie.

Les organisateurs gatinois ont devancé les épreuves féminines. Ils voulaient accommoder les formations européennes qui débarqueront tôt en Amérique du Nord.

Ce n'est pas tout.

Les cyclistes canadiennes risquent d'être affamées en prenant le départ de ces deux courses. Le processus de qualification olympique en vue des Jeux de 2016 à Rio commencera lors de la première semaine de juin.

«La première épreuve durant laquelle tu peux récolter des points sera le Grand Prix de Gatineau», a fait remarquer Lalonde.

Quoi d'autre se retrouve au menu?

Une course nationale masculine sanctionnée par Cyclisme Canada a été ajoutée le 6 juin. La Coupe Québec Cuisses Or de l'Outaouais est de retour de même que des cyclosportives de 69,3 km et 111,8 km.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer