Les fabuleux destins de Blondin et De Haître

Ivanie Blondin et Vincent De Haître ont été... (Archives, AP et AFP)

Agrandir

Ivanie Blondin et Vincent De Haître ont été les grands gagnants du gala des Prix sportifs d'Ottawa.

Archives, AP et AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leurs premiers coups de patin ont été donnés au sein du même club. Leur première participation aux Jeux olympiques s'est déroulée en même temps, il y a 11 mois, à Sotchi.

Ils sont de bons amis et maintenant, ils s'avèrent les grands gagnants du gala des Prix sportifs d'Ottawa tenu mercredi soir au collège Algonquin. Ivanie Blondin et Vincent De Haître ont été nommés respectivement athlète féminin et athlète masculin de la dernière année dans la région.

Un prix que les deux patineurs de vitesse franco-ontariens issus des Concordes de Gloucester n'ont pu accepter en personne. Ils avaient une bonne raison.

Elle s'appelle Hamar. La ville norvégienne accueille dans les prochains jours la cinquième étape de la saison sur le circuit de la Coupe du monde sur longue piste.

Blondin et De Haître se trouvent là-bas en vue de cette compétition. Maman et papa ont donc pris la relève au gala.

«Mes parents ont toujours été là pour moi. Des fois, je peux être un peu une tête dure, mais ils ont toujours été là pour m'appuyer, a soutenu De Haître.

«Je n'aurais pu faire de la compétition de haut niveau sans eux.»

Ce dernier était devenu le premier patineur masculin francophone d'Ottawa en 42 ans à participer aux Jeux en longue piste. Le dernier ? Gérard Cassan, qui avait pris le départ en 1972 à Sapporo.

En plus de briller sur deux lames, De Haître excelle sur deux roues. Le jeune homme âgé de 20 ans a représenté son pays, l'été dernier, aux épreuves de cyclisme sur piste des Jeux du Commonwealth présentés en Écosse.

Recevoir le titre d'athlète de l'année en même temps que son amie Ivanie ajoutait une touche spéciale à sa journée. «Ça rend ça encore plus spécial, a-t-il dit.

«On vient de la même région. On a déménagé tous les deux à Calgary, puis on a finalement atteint nos objectifs en allant aux Jeux. Pouvoir s'entraîner ensemble et avoir quelqu'un qu'on connaît, on aime bien ça.»

Blondin, évidemment!

Quant à Ivanie Blondin, elle a rendu la tâche du comité de sélection facile en connaissant un début de saison du tonnerre. Elle a remporté cinq médailles lors des quatre premières étapes de la Coupe du monde sur longue piste avant Noël.

À cela s'ajoute sa participation olympique.

«Aller aux Jeux était un gros accomplissement. Je n'ai toutefois pas eu une super belle saison l'an passé en Coupe du monde. Mes performances n'étaient pas les meilleures. Mais cette saison-ci, je prouve que j'ai vraiment le potentiel d'être sur le podium à plusieurs reprises. Je suis fière de ça.»

Blondin est une habituée de ce gala. Ça fait neuf années de suite qu'on l'honore, la première toutefois à titre d'athlète de l'année.

Dans le passé, le jury l'avait primé en tant que meilleure patineuse courte piste ou longue piste.

Le gala des Prix sportifs existe depuis 1953. Au fil des ans, plusieurs gros noms ont été fêtés pour leurs exploits, de la skieuse Betsey Clifford à la véliplanchiste Caroll-Ann Alie, en passant notamment par les hockeyeurs Michel Larocque et Doug Wilson, le sauteur Horst Bulau, le cavalier Ian Miller, la patineuse artistique Elizabeth Manley et le sprinteur Glenroy Gilbert.

Mercredi, ce sont plus d'une centaine d'artisans du monde sportif de la capitale nationale qui ont été mis en vedette. Notons que Zacharie Cheng-Boivin a été nommé judoka de l'année et Justin Maheu a été désigné joueur de soccer par excellence en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer