Grenier épate à St-Moritz

La skieuse alpine de St-Isidore, Valérie Grenier, a... (Site web d'Alpine Canada)

Agrandir

La skieuse alpine de St-Isidore, Valérie Grenier, a terminé à 2,09 secondes de la gagnante, l'Américaine Lindsey Vonn.

Site web d'Alpine Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Superstitieuse Valérie Grenier? Pas vraiment.

Son nouveau chiffre favori depuis quelques heures? Le treize. À l'image de la 13e position obtenue hier au super-G de Saint-Moritz, en Suisse, à sa troisième sortie seulement en carrière sur le circuit de la Coupe du monde.

La skieuse alpine de St-Isidore, dans l'Est ontarien, a terminé à 2,09 secondes de la gagnante, l'Américaine Lindsey Vonn.

«Je n'en revenais pas en arrivant au bas de la piste. Je ne m'attendais pas à un tel résultat», a avoué la recrue de l'équipe canadienne de développement lorsque jointe en début de soirée.

Pas que Grenier n'avait pas confiance en ses moyens. Elle avait quand même épaté à sa première course en Coupe du monde, prenant le 32e rang en décembre à Lake Louise. Une semaine plus tard, elle avait signé sa première victoire sur le circuit Nor-Am.

«Je n'ai pas bien commencé ma course. J'ai même failli manquer une porte, a-t-elle expliqué. J'ai commencé par la suite à attaquer et j'ai rattrapé le temps perdu dans un endroit où plusieurs filles sortaient de la piste ou avaient effectué de grosses erreurs.»

La veille, l'espoir de 18 ans n'avait pu faire mieux que le 52e meilleur temps en descente.

Hier, elle a réussi à faire oublier ce samedi.

Grenier, qui était la plus jeune des 62 participantes du Super-G, conservera un bon souvenir de ce premier séjour à St-Moritz, un des arrêts les plus appréciés des skieuses en Coupe du monde. «Une belle place où se trouver, peu importe où tu termines, a-t-elle reconnu.Tu ne peux que t'amuser ici. C'est tellement beau. On dirait que la neige est toujours parfaite.»

Il y a eu peu de temps pour des célébrations.

Cap sur Munich

Les skieuses de l'équipe canadienne ont pris la route immédiatement après la course, mettant le cap vers Munich, en Allemagne. C'est d'ailleurs de cet endroit que Valérie Grenier a retourné l'appel du Droit après un souper avec ses coéquipières.

«J'ai mangé une pizza pour célébrer», a-t-elle raconté, optant pour plusieurs garnitures de viandes et un peu de laitue.

Un retour au pays l'attend dans les prochaines heures. Mais ce sera un séjour de courte durée à la maison dans son cas.

«Cinq à six jours avant de partir vers le Colorado en vue des championnats du monde», a précisé Valérie Grenier.

Canada Alpin devrait confirmer en début de semaine que la Franco-Ontarienne prendra le départ de trois courses, dont le Super-G.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer