Une touche de Raonic, un soupçon de Monfils

Nicaise Nuamba... (Photo courtoisie Tennis Canada)

Agrandir

Nicaise Nuamba

Photo courtoisie Tennis Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses premières balles jaunes, il les a frappées à l'âge de sept ans dans un parc de Gatineau. Le voilà maintenant ado et surtout le plus jeune membre du centre national à plein-temps de Tennis Canada, à Montréal.

Faites la connaissance de Nicaise Muamba. Un droitier de 14 ans dont un de ses anciens entraîneurs, Jean-François Mathieu, a déjà qualifié de «prochain Milos Raonic».

Ce qu'on sait de lui, c'est qu'il est bon. Très bon.

Tiens, en 2014, l'ancien étudiant de l'école primaire Du Bois Joli a aidé le Canada à atteindre la finale des championnats du monde des moins de 14 ans en République tchèque. «C'était vraiment le fun. Il y a eu beaucoup de gens qui sont venus nous voir», dit-il au sujet de cette aventure.

Quelques mois auparavant, Muamba avait atteint la ronde demi-finale des Petits As en France, un des tournois internationaux les plus relevés chez les 14 ans et moins. Son année a aussi été marquée par une conquête du titre québécois chez les 18 ans et moins, se tapant des joueurs beaucoup plus âgés et forts que lui.

Tennis Canada le suit depuis son jeune âge, a rappelé un des entraîneurs du centre, Jocelyn Robichaud. «Nicaise possède des qualités physiques intéressantes... Il est assez imposant», souligne-t-il.

De la hauteur et du cran

La raquette outaouaise, qui habite Laval depuis presque trois ans maintenant, mesure déjà 5'11» et fait osciller la balance à 157livres.

«Selon nous, il va prendre encore plus de grandeur», ajoute Robichaud.

Mais ses succès ne tiennent pas seulement à son gabarit format géant.

«C'est un très bon compétiteur. Depuis son arrivée chez nous, il a surtout amélioré son niveau tactique. Il a appris à s'adapter à ses adversaires, à mieux cibler leurs faiblesses et imposer son jeu», mentionne le coach.

Muamba a fait son entrée au centre national à l'automne au sein d'une cohorte de 12 joueurs. Il est le cadet du groupe en compagnie de Félix Auger-Aliassime, de Montréal, également âgé de 14 ans.

Au centre, on surnomme le duo «Tsonga et Monfils». Ce qui fait sourire chaque fois Nicaise Muamba.

«C'est un peu drôle», soutient le plus jeune des trois enfants d'Alfred Muamba et sa conjointe, tous deux d'origine congolaise. Leurs deux filles plus âgées et leur garçon sont nés en Outaouais.

Ils jouent tous au tennis.

La plus âgée, Aïssa, fréquente la North Carolina Central University tandis que Patricia, qui a déjà atteint la finale de l'Open Super 12 d'Auray en 2010 à l'âge de 11 ans, participe maintenant à des tournois ITF.

Quant à leur frère Nicaise, on risque de le voir à Gatineau en mars lors du tournoi Futures. Tennis Canada prévoit l'inscrire en vue des qualifications.

Mais auparavant, ce sera direction Mexique et Salvador en vue de quelques rendez-vous juniors de l'ITF en février.

«Je me suis beaucoup amélioré depuis l'automne. Je suis bien encadré ici. Nous sommes un bon groupe, mentionne Muamba. J'ai appris à être plus agressif.»

Une nouvelle facette de jeu son jeu qu'il compte afficher en parties internationales dans les prochaines semaines.

Mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer