La guigne s'acharne sur Rochon

Olivier Rochon a raté en compétition un saut... (Agence France-Presse, Archives)

Agrandir

Olivier Rochon a raté en compétition un saut qu'il n'avait jamais réussi à l'entraînement.

Agence France-Presse, Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Olivier Rochon rêvait au trône aux championnats du monde de ski acrobatique, et non à la cuvette.

Le Gatinois n'a pas réussi à accéder à la ronde finale, hier, à Kreischberg, en Autriche, ratant son deuxième saut de qualifications. Tout ça après avoir été malade la veille, frappé de plein fouet par un virus qui, soutient-il, lui a fait perdre 12 livres.

«Au départ, je croyais que j'étais victime d'une indigestion, mais en voyant quatre autres athlètes être aussi malades, je me suis dit que c'était probablement une gastro. Je n'ai pas pu m'entraîner mardi. C'est vraiment poche», a raconté Rochon au bout du fil.

La malchance ne le lâche pas d'une semelle. Il avait été affaibli par un virus, le mois dernier, avant d'attaquer la première étape de la saison en Coupe du monde, à Pékin.

C'est sans compter les nombreuses blessures qui l'ont ralenti depuis sa conquête du globe de cristal en 2012.

Rochon se réjouissait lundi durant une entrevue avec LeDroit. Il disait être en pleine forme. Le journaliste a peut-être jeté un mauvais sort sur lui en abordant son état de santé, 48 heures avant la compétition.

«Je peux te dire que j'y ai pensé, a lancé l'athlète de 25 ans en riant.

«Je ne suis pas superstitieux, mais je trouve que ça commence à faire», a-t-il ajouté plus sérieusement au sujet de ses problèmes de santé.

Il s'agissait de sa première participation en carrière aux championnats du monde. Dans le passé, il avait raté ce rendez-vous en raison de bobos ou d'une suspension.

Le tout pour le tout

Olivier Rochon visait une place sur le podium. Il avait terminé 11e hier lors de la première ronde de qualifications.

À sa deuxième tentative, il a joué le «tout pour le tout». «J'ai changé le plan après avoir vu les autres sauter et obtenir de bonnes notes. J'ai décidé d'essayer mon nouveau saut que je n'avais encore réussi à bien faire à l'entraînement, a-t-il expliqué.

«Je l'ai presque eu, mais je n'ai pas bien atterri (...) C'est un peu décevant car ce n'est pas la performance que je voulais.»

Rochon a dû se contenter du 17e rang au classement général.

En revanche, son ami et coéquipier ontarien Travis Gerrits a connu un dénouement plus heureux. Il a terminé deuxième lors de la première manche de qualifications, accédant directement à la finale qui sera présentée ce soir en sol autrichien.

Gerrits, qui s'exprime très bien en français, est le vice-champion du monde en titre.

Quant à Rochon, il reviendra au pays dans les prochains jours. Des sauts à l'entraînement l'attendent afin qu'il puisse être prêt pour le prochain arrêt de la Coupe du monde prévu à Lake Placid.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer