Deux défis pour le prix d'un attendent Villeneuve

Le boxeur gatinois Pascal Villeneuve.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le boxeur gatinois Pascal Villeneuve.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce sera du jamais vu pour Pascal Villeneuve depuis son passage chez les professionnels. Le boxeur de Gatineau se retrouvera en finale d'un premier gala, le 31 janvier prochain, au Hilton Lac-Leamy. Puis le mi-lourd sera impliqué pour la première fois de sa carrière dans un combat prévu pour six rounds, et non quatre comme ce fut le cas par le passé.

«C'est beaucoup de premières pour Pascal, mais je ne suis pas inquiet pour lui», disait son entraîneur Éric Bélanger, hier, en dévoilant la carte de ce gala pro-am.

Le fondateur du club Final Round croit que son protégé est prêt à assumer le rôle de tête d'affiche d'une soirée locale. Il a rappelé que Villeneuve s'est déjà retrouvé dans pareille position, mais chez les amateurs. «Pascal est un gars qui aime la foule, qui aime les medias. Il est habitué de se retrouver sous les projecteurs», soulignait Bélanger.

Villeneuve (4-1, 2 K.-O.) a remporté une victoire unanime lors de sa dernière sortie en octobre contre Eddie Gates, un gaucher de Moncton. Ce fut son plus long combat chez les pros. Un affrontement de quatre rounds qui marquait son retour dans le ring après un premier revers subi sept mois plus aux mains de François Miville.

«Moi, ça m'énerve plus de faire six rounds que de me retrouver en finale», avouait le principal intéressé, dont l'endurance sera mise à l'épreuve.

Bélanger, qui organise le gala en compagnie du promoteur Douggy Berneche, n'a pas annoncé l'identité de l'adversaire de Villeneuve. «Un boxeur européen qui a une fiche positive et le même nombre de combats que Pascal», mentionnait-il.

L'entraîneur attend d'obtenir le feu vert de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) pour lever le voile sur ce pugiliste. «Ça risque d'être toute une bagarre, prédisait Villeneuve. Ce gars-là est un peu comme Andy Gardiner, mais il est un peu moins fort que lui.»

Gardiner, qui fait partie aussi du club Final Round, ne connaît qu'une direction. «Il avance et il frappe», a déjà soutenu son coach. Éric Bélanger, lui, espère voir un long combat. «L'adversaire de Pascal est un gars qui va se tenir debout. Nous aurions pu trouver un gars avec une fiche de 0-11, mais un knock-out au premier round, ça ne m'intéresse pas.

«Sur papier, ce n'est pas supposé de se produire avec lui. Mais des fois, ce genre de choses arrive à la boxe.» Villeneuve, 27 ans, devra perdre 10livres d'ici la pesée officielle dans quatre semaines. Il se montre confiant d'être prêt pour ce combat, même si le temps lui manque parfois entre le travail et sa vie de père de famille. «Quand je suis dans le gym, j'essaie de travailler le plus fort possible. Je prends ça au sérieux. Nous allons essayer d'amener le plus d'amateurs à la finale», disait-il.

Huit combats professionnels meubleront la seconde partie de ce gala qui mettra aussi en vedette Steven Butler, Custio Clayton et Steve Rolls (10-0, 5 K.-O.). Un second boxeur local risque d'être ajouté à la carte dans les prochains jours. «Nous devrions aussi avoir cinq combats amateurs au début», notait Bélanger, qui espère une meilleure foule que lors de la dernière soirée de boxe. «Il n'y avait pas assez de monde. Nous en avons besoin de plus. Ce ne fut pas notre meilleure vente de billets», avouait-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer