Lepage a un objectif bien précis en tête

Le triathlète Alexis Lepage passera les prochains mois... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le triathlète Alexis Lepage passera les prochains mois aux quatre coins de la planète

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le triathlète Alexis Lepage zieute une médaille aux championnats du monde des moins de 23 ans en 2015. Et il prendra les grands moyens pour mettre le grappin dessus.

Les huit prochains mois, l'espoir de Gatineau les passera en Europe, en Asie et en Océanie. Un peu partout, sauf en sol canadien. «Je pars le 31 décembre, souligne-t-il.

«Ça va être une nouvelle année assez chargée», ajoute-t-il un peu plus tard au bout du fil.

Lepage, qui a terminé septième en août aux Mondiaux à Edmonton, se trouvait à Québec au moment de l'entrevue. Il s'entraîne là-bas chez le Rouge et Or en plus d'étudier à l'université Laval.

Ces jours-ci, il prépare son grand déménagement et une visite chez ses parents en Outaouais.

Cinq premiers mois l'attendent en Australie en compagnie de l'équipe nationale dont il est membre.

«Pour de l'entraînement en altitude et des coupes continentales», explique-t-il.

Si les instructeurs aiment ce qu'ils voient, Alexis Lepage obtiendra un départ ou deux sur le circuit de la Coupe du monde. «Probablement en Chine», précise le principal intéressé.

À la mi-mai, sa vie de triathète l'amènera en Espagne jusqu'en août.

Là-bas, son horaire prévoit une autre série d'entraînements avec les membres de l'équipe nationale. Côté courses, des arrêts sur le circuit européen sont prévus.

«Je vais aussi courir sur le circuit français en première division», note Lepage.

Une formation française, plus précisément de la région de Montpellier, l'a embauché. On lui versera un salaire pour porter les couleurs de cette équipe.

Alexis Lepage est excité en passant en revue l'année qui l'attend.

«Mais en même temps, j'ai des craintes. Elles sont beaucoup reliées à l'argent.»

Ça va gratter les fonds de tiroir chez lui. Il y a bien l'aide financière versée par Québec et Ottawa aux athlètes élites et de la relève.

Dans son cas, ça dépasse le 1000$ par mois. Ça sera toutefois insuffisant pour boucler le budget de cette année pré-olympique.

«Je ne pourrai pas faire de miracles. Je n'aurai pas le choix que de réussir de bonnes performances.»

Lepage reviendra en Amérique du Nord en septembre. Un retour qui coïncidera avec la tenue des championnats du monde à Chicago.

Mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer