Les jeux sont faits

Sans faire partie du «groupe de la mort»,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Sans faire partie du «groupe de la mort», l'équipe  nationale du Canada affrontera trois formations actuellement classées parmi les 20 premières au monde lors du volet préliminaire de la Coupe du monde de soccer féminin, qui se déroulera au Canada du 6 juin au 5 juillet 2015.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le souhait du sélectionneur de l'équipe canadienne féminine de soccer s'est concrétisé samedi midi lors du tirage au sort de la Coupe du monde de la FIFA. Du moins, presque.

John Herdman affrontera bel et bien la Nouvelle-Zélande en première ronde du tournoi qui se déroulera du 6 juin au 5 juillet dans six villes du Canada. Mais le scénario parfait ne s'est pas réalisé.

«J'aurais bien aimé les rencontrer dans le match d'ouverture. Je n'ai piloté que deux clubs dans ma carrière: la Nouvelle-Zélande et le Canada. D'un côté strictement personnel, je rêvais de vivre les cérémonies d'ouverture avec tout ce monde-là. Ç'aurait été un moment incroyable», a-t-il déclaré après le tirage au sort présenté au Musée canadien de l'histoire.

En conférence de presse vendredi midi, Herdman avait laissé entendre qu'il souhaitait rencontrer son ancien club d'entrée de jeu au Mondial. Il a dirigé le onze de l'Océanie pendant six ans avant d'être nommé à la tête de l'équipe féminine canadienne en 2011. Finalement, le destin a fait en sorte que la Chine rencontrera le pays hôte le 6 juin. Les Pays-Bas complètement le quatuor d'équipes formant le groupe A.

«C'est certes un groupe duquel on peut sortir, a commenté Herdman après la fastueuse cérémonie de la FIFA. Nous détenons un meilleur rang qu'eux au classement mondial et, au cours des trois dernières années, nous avons vaincu ces équipes.»

Maintenant que l'identité de leurs adversaires est connue, les entraînements des Canadiennes peuvent être mieux ciblés, estime la vedette et capitaine de l'équipe nationale Christine Sinclair. «Puisque nous connaissons nos adversaires, ça nous permet de perfectionner nos entraînements.»

Le sélectionneur Herdman s'est aussi réjoui d'éviter le «groupe de la mort». Le groupe D est composé de certaines des équipes les plus puissantes du tournoi. Le numéro un mondial, les États-Unis, affronteront l'Australie (10e rang), la Suède (cinquième) et les champions africains, le Nigeria (35e).

«Les dieux du soccer ont entendu nos prières hier et nous avons évité le groupe de la mort. Ce groupe sera très difficile.»

Les championnes en titre, les Japonaises, devraient se qualifier aisément pour les huitièmes de finale. Ils auront sur leur chemin la Suisse (18e), le Cameroun (51e) et l'Équateur (49e).

Matches à Ottawa

Il faudra s'attendre à ce que la capitale nationale soit envahie de partisans allemands l'été prochain. La Mannschaft, tête de série du groupe B et numéro deux mondial, jouera ses deux premiers matches de première ronde à la Place TD du parc Lansdowne. L'Allemagne affrontera la Côte d'Ivoire le 7 juin et la Norvège quatre jours plus tard. Leur match final contre la Thaïlande, dernier membre du groupe, sera toutefois disputé à Winnipeg.

Des duels Norvège-Thaïlande (7 juin) et Côte d'Ivoire-Thaïlande (11 juin) sont aussi prévus dans la capitale nationale.

Les Français de la région seront aussi heureux d'apprendre que les Bleus joueront leur dernier match de la ronde préliminaire à Ottawa. L'équipe de l'Hexagone y croisera le fer contre le Mexique le 17 juin, tout comme la République de Corée et l'Espagne.

Ottawa accueillera par ailleurs deux huitièmes de finale (le 20 et 22 juin), ainsi qu'un match de quarts de finale le 26 juin.

Jfdugas@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer