Cook à son meilleur

«Je suis tellement fier de moi. Ça fait... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

«Je suis tellement fier de moi. Ça fait tellement longtemps que j'attends ce moment», a confié Dustin Cook.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses débuts sur le circuit de la Coupe du monde remontent à 2010 au même endroit.

Dustin Cook avait dû se contenter à l'époque d'une 60e position en descente à Lake Louise, en Alberta. Quatre ans plus tard, le skieur alpin du Lac-Sainte-Marie a signé son meilleur résultat en carrière sur le cirque blanc.

Ce dernier a terminé 13e, hier après-midi, à l'épreuve de super-G remportée par le Norvégien Kjetil Jansrud. L'écart entre les deux hommes? 0,83 seconde.

«Je suis tellement fier de moi. Ça fait tellement longtemps que j'attends ce moment, a soutenu Cook au bout du fil, une heure après la course.

«En plus, ça se passe à la maison, en sol canadien, devant une foule partisane (...) Tu as de jeunes skieurs qui viennent te demander un autographe, qui savent qui tu es!»

Cook, c'est l'histoire du gars qui déborde de talent. Un athlète qui a gagné le titre du circuit Nor-Am, il y a quatre ans.

Mais pour de multiples raisons, les succès ne l'avaient pas suivi jusqu'ici en Coupe du monde. Sa meilleure performance lors des 45 courses précédentes? Une 22e place en slalom géant à Sölden, en 2012.

«C'est un soulagement ce résultat-ci, a dit Cook.

«J'ai beaucoup appris dans la dernière année. Je ne skiais pas comme j'en étais capable. J'en étais tanné. J'ai décidé d'attaquer en piste cette saison. J'ai adopté cette approche aujourd'hui.»

Répéter l'exploit

La nouvelle question qui sera posée maintenant? Est-ce qu'il pourra répéter l'exploit de terminer dans le top 15 ou même mieux, percer le peloton des 10 premiers?

La réponse viendra bientôt.

Dustin Cook met le cap vers le Colorado aujourd'hui en vue du prochain arrêt en Coupe du monde. Beaver Creek accueillera trois courses.

Le skieur de l'Outaouais prendra le départ des courses de super-G et slalom géant. Sa participation en descente s'avère incertaine.

Une décision qui reviendra aux instructeurs de l'équipe canadienne.

«On verra comment ça se passera lors de l'entraînement», a souligné Cook.

Une chose semble acquise. Il devrait faire plus chaud que lors du super-G présenté hier. Le mercure indiquait moins 35 degrés Celsius lorsque les skieurs se sont présentés en matinée à la montagne.

«Une bonne douche chaude m'attend après mon repas», a précisé Cook en riant.

Son coéquipier Manuel Osborne-Paradis a été le meilleur Canadien avec une septième place. Il avait été le deuxième plus rapide skieur la veille en descente.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer