Poirier est vite retombé sur ses pieds

Le Franco-Ontarien Paul Poirier et sa partenaire Piper... (Agence France-Presse)

Agrandir

Le Franco-Ontarien Paul Poirier et sa partenaire Piper Gilles ont remporté une troisième médaille d'argent en six semaines, samedi, à Bordeaux, en France.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sa jambe droite a retrouvé la santé. Il n'y a plus aucune trace des fractures multiples et des déchirures ligamentaires subies l'an dernier.

Résultat, Paul Poirier connaît le meilleur début de saison de sa carrière sur la scène internationale. Le patineur artistique originaire de Cornwall et sa partenaire Piper Gilles ont remporté une troisième médaille d'argent en six semaines, samedi, à Bordeaux, en France.

Le duo a pris le deuxième rang en danse derrière Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, les favoris locaux au Trophée Eric Bompard, cinquième étape du circuit Grand Prix.

«Nous sommes très satisfaits de ce début de saison, a avoué Poirier au bout du fil.

«Il nous reste encore beaucoup de travail à effectuer, mais nous avons atteint un premier objectif, celui d'accéder aux finales du circuit Grand Prix», a ajouté Gilles.

Le couple espérait participer aux Jeux olympiques à Sotchi, en février dernier. Mais la blessure à Poirier a déraillé leurs plans.

Le patineur franco-ontarien a raté cinq mois d'entraînement après que la lame d'un de ses patins est restée coincée dans la glace. Il avait mis les bouchées doubles à son retour, mais ce ne fut pas suffisant pour se qualifier en vue des JO.

Sauf que ce travail n'a pas pris le chemin des poubelles.

«Je pense que nous récoltons en ce moment les fruits de ce travail», a noté Poirier, un éternel optimiste.

Il s'agit de sa troisième saison aux côtés de Piper Gilles, une Américaine de l'Illinois qui possède sa citoyenneté canadienne. La pause prise par les champions canadiens Tessa Virtue et Scott Moir a ouvert la porte aux nombreux aspirants.

«Il y a plusieurs nouveaux visages cette saison un peu partout où nous allons. C'est difficile de prédire qui seront les favoris pour une médaille dans quatre ans, a soutenu Gilles. C'est excitant et ça nous motive à continuer à nous améliorer et démontrer que nous pouvons être de sérieux candidats.»

Poirier et elle se sont tournés vers un ancien champion olympique de danse sur glace pour les aider dans leur route vers un podium à Pyeongchang, en Corée du Sud, en 2018. Christopher Dean, qui a jadis été le conjoint de l'ancienne championne du monde Isabelle Duchesnay, d'Aylmer, s'occupe de la chorégraphie de leur programme court.

«C'est toujours un plaisir de travailler avec lui, a affirmé Poirier, âgé de 23 ans. Il (Dean) a des idées intéressantes, une vision différente. En même temps, il faut modifier un peu ce qu'il nous propose, car il ne travaille pas en fonction du nouveau système de pointage. C'est un défi.»

Paul Poirier et sa partenaire reviendront dans les prochaines heures à Toronto, où ils s'entraînent. Ils apporteront une modification à un soulevé qui leur a privé de quelques précieux points à Bordeaux.

Ensuite, ce sera direction de Barcelone, site de la finale du Grand Prix du 11 au 14 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer