Olivier Rochon vise le podium

Après deux saisons perturbées par de graves blessures,... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Après deux saisons perturbées par de graves blessures, le skieur acrobatique Olivier Rochon vise le podium.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Effectuer un retour à la compétition, Olivier Rochon connaît ça. Ce sera son troisième retour en quatre ans dans quelques jours en Finlande. Cette fois-ci, l'ancien gagnant du globe de cristal des sauts renouera avec le ski acrobatique après s'être déchiré le croisé antérieur du genou gauche, l'hiver dernier.

Une blessure qui avait coûté au Gatinois une participation aux Jeux olympiques, à Sotchi.

Quelques mois auparavant, il avait réussi un retour après avoir été opéré à l'abdomen. Ajoutez à cela la saison complète de compétition qu'il a manquée en 2010-2011 en raison d'une suspension.

«Je n'ai pas sauté beaucoup depuis deux ans, a avoué Rochon, couronné champion de la Coupe du monde en mars 2012.

«J'ai passé beaucoup de mon temps en réhabilitation. Je vais mettre l'accent cet hiver à faire le plus grand nombre de sauts possibles à l'entraînement afin de retrouver cette sensation.»

Et surtout, l'athlète de 25 ans va repousser les limites. Il va ajouter un deuxième saut avec quatre vrilles. Ce second saut aura une particularité.

«Il y aura une double vrille lors du dernier flip. Ce n'est pas tout le monde qui fait ça ou qui aime ça.»

Car l'atterrissage doit se faire à l'aveuglette. Un saut qui peut s'avérer payant, mais aussi très coûteux.

«Moi, ça ne me cause pas de problème, a dit Rochon, qui excelle à atterrir. C'est sûr que c'est le genre de saut que si tu manques... Ta marge de manoeuvre est plus mince.»

Son objectif est clair dans sa tête en 2014-2015. L'ancien champion ne veut pas simplement retrouver ses points de repère. Il veut reprendre sa place sur le podium.

Cinq épreuves de la Coupe du monde et les championnats du monde en Autriche figurent au menu.

«Ni la fédération ni les entraîneurs ne mettent de la pression sur moi», a précisé Rochon. Mais il estime que l'occasion est belle pour lui cet hiver.

«Souvent lors de la saison qui suit les Jeux, tu vas avoir de nouveaux visages en Coupe du monde. Puis il y a les athlètes qui ont décidé de prendre une année de congé ou même leur retraite. La dynamique change.»

Rochon passera quatre semaines en Finlande en camp d'entraînement avec les membres de l'équipe canadienne. Ils auront la chance de sauter aux côtés des meilleurs espoirs de la Suisse, de l'Australie et de l'Ukraine.

«Ce sera l'occasion de tester mon genou. Jusqu'ici, il a tenu le coup (sur les rampes d'eau). Mais ça sera la première fois que je saute sur la neige.»

Une fois ce camp terminé, ce sera direction vers la Chine en vue de la première épreuve de la Coupe du monde prévue les 21 et 22 décembre.

À long terme, Olivier Rochon n'a pas seulement les Jeux de 2018 en Corée du Sud dans sa mire, mais aussi ceux de 2022.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer