Une retraitée pleine d'avenir

Parfois le coeur y est, mais le corps... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Parfois le coeur y est, mais le corps refuse de suivre. Parlez-en à Stéphanie Leclair.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son coeur voulait toujours, mais son corps refusait de coopérer.

Stéphanie Leclair, qui a obtenu une quatrième place aux Jeux olympiques de Londres, s'est rendue à l'évidence en reprenant l'entraînement dans l'eau après deux passages sous le bistouri. La nage synchronisée, le sport qu'elle pratique, qui la fait vibrer depuis deux décennies, c'est finie.

Le prix de l'excellence

La retraite s'impose déjà, à l'âge de 24 ans, pour l'athlète de l'Outaouais qui a remisé officiellement, hier, son maillot de compétition.

« Comme vous le savez, lors de la dernière année, j'ai subi une opération à mes deux hanches. J'ai laissé le temps faire son oeuvre et j'ai suivi religieusement les conseils des professionnels qui ont tenté de leur mieux de me redonner deux hanches neuves.

« Toutefois, je réalise que cela ne sera jamais possible, a soutenu Leclair, la gorge nouée par l'émotion lors d'une conférence de presse tenue au centre sportif de Gatineau.

« L'entraînement d'excellence a un prix. Mes cicatrices me le rappellent tous les jours. »

Puis il y a eu une petite pause dans son discours. Il n'était pas question pour elle de craquer.

« La nage synchronisée a été pour moi une source de dépassement, d'effort, de travail acharné, de pleurs et de cris, mais aussi d'amitié, de rire, de célébrations, d'honneur et de fierté », a-t-elle ajouté en souriant, confirmant sa retraite.

La décision de tirer un trait au beau milieu d'une fructueuse carrière lui trottait dans la tête depuis « un bon bout de temps ».

« Avant même de me faire opérer, je savais qu'il y avait de fortes chances que je ne puisse pas revenir. Je me sentais à l'aise avec ça. Je sentais que j'en avais déjà fait assez. Puis j'ai commencé à prendre goût à la vie. En tant qu'athlète, j'étais habituée de me coucher à 19 h et me lever le lendemain à 5 h. Là pour la première fois, je pouvais rendre visite à des amies un mercredi soir. »

Stéphanie Leclair a quand même décidé de tenter un retour dans l'eau. Elle a su rapidement que les prochains Jeux olympiques en 2016 ne seraient pas une possibilité dans son cas.

« Je ne me sentais pas comme moi-même dans l'eau. Je n'étais plus capable de faire les mêmes mouvements qu'auparavant.

« On avait modifié mon anatomie. Ça me causait des problèmes. »

Le vide derrière elle

Son départ laissera un vide au sein d'une équipe nationale senior déjà marquée par le départ de plusieurs membres de l'édition olympique de 2012.

« Il ne nous reste qu'une athlète de ces Jeux », a souligné Jackie Buckingham, chef de direction à Synchro Canada.

Cette seule survivante s'avère la Hulloise Karine Thomas.

« C'est toujours triste quand le corps cède avant la motivation, a ajouté Buckingham. Il s'agit d'un sport exigeant. Les gens n'ont pas idée. Ils croient que c'est un sport de beauté, que ça semble si facile dans l'eau. C'est tout le contraire. »

En plus de terminer quatrième à l'épreuve par équipe aux JO, Stéphanie Leclair a remporté un lot de médailles à diverses compétitions de la FINA. Où commencer ?

Tiens il y a ses trois participations aux championnats mondiaux aquatiques en 2009, 2011 et 2013, raflant le bronze à deux reprises. À cela s'ajoutent deux podiums à la Coupe du monde de 2010.

Ce n'est qu'une partie d'une feuille de route très garnie pour une jeune femme qui avait commencé à nager à l'âge de quatre ans à Gatineau.

Ado, elle avait décidé de déménager à Montréal dix ans plus tard afin de poursuivre son développement.

Un transfert qui lui a ouvert les portes de la scène internationale. En 2008, elle terminait troisième en duo aux championnats du monde juniors.

La suite

« De beaux défis m'attendent en dehors de la piscine. C'est avec le coeur nostalgique, mais une volonté claire que je me dirige vers mes prochains défis », a-t-elle lancé sous le regard de sa famille et de son fiancé, un ancien joueur de volley-ball devenu avocat.

Leclair doit se marier à la fin de l'été prochain. Elle a repris aussi ses études en enseignement. Si tout va bien, on devrait la voir à la tête d'une salle de classe dans deux ans.

« Stéphanie entraîne déjà en nage synchronisée. Nous aimerions bien qu'elle fasse partie de notre prochaine génération d'instructrices chez nous », a mentionné Jackie Buckingham.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer