Maxim Tissot reçoit enfin l'appel de la sélection canadienne

Maxim Tissot est l'un des quatre joueurs de... (Photo Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Maxim Tissot est l'un des quatre joueurs de l'Impact qui représenteront le Canada lors du match contre le Panama, le 18 novembre.

Photo Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un premier joueur dans l'histoire du soccer en Outaouais est convoqué par la sélection nationale senior.

Le milieu de terrain Maxim Tissot se rapportera à la formation canadienne, dimanche, à Orlando en vue d'un camp d'une semaine. Ensuite, ce sera direction de l'Amérique centrale où un premier match international l'attendra.

Une joute amicale contre le Panama figure à l'horaire le 18 novembre.

«Je n'avais jamais eu l'appel auparavant», a souligné Tissot au bout du fil. Le joueur de l'Impact de Montréal n'avait jamais baissé les bras, même s'il avait brillé à différents échelons au fil de la dernière décennie.

«Quand j'ai commencé à jouer plus souvent cette année, j'ai commencé à y croire, à me dire que je serais appelé si je continuais à bien jouer», a soutenu Tissot, qui a grandi à Aylmer.

Ces derniers mois, le jeune homme de 22 ans a vu des coéquipiers de l'Impact être convoqués, dont Karl Ouimette. Là, il va le rejoindre sur le gazon international.

Patrice Bernier et Issey Nakajima-Farran, du onze montréalais, seront aussi de l'aventure.

«Chaque fois que les gars étaient appelés, j'étais un peu jaloux, a avoué Tissot. J'essayais de ne pas trop m'en faire en me disant que mon tour viendrait.»

Il reste que ça le chicotait un peu. Normal. Il est un brin compétitif. Ajoutez à cela l'orgueil.

Ce n'est pas qu'il n'avait pas brillé auparavant.

En 2012, Maxim Tissot a été nommé meilleur défenseur de la Ligue canadienne de soccer. Il avait déjà été considéré pour l'équipe nationale des moins de 20 ans.

Appui de taille

Mais quand la gomme de la formation canadienne l'avait épié un soir, l'ancien produit du FC Outaouais n'avait pas connu un match étincelant. Cette fois-ci, il a pu miser sur un appui de taille.

Les dirigeants de l'Impact, en particulier l'entraîneur-chef Frank Klopas, ont moussé son nom au sélectionneur de la troupe nationale senior. «Je sais qu'ils ont beaucoup poussé pour ça. Ils m'en ont parlé, a confirmé Tissot.

«J'en suis très reconnaissant. Ça prouve qu'ils ont confiance en moi.»

C'est Klopas qui lui a annoncé la bonne nouvelle, il y a deux semaines, après le match de la Ligue des champions contre New York. Il lui a transmis verbalement le courriel de Benito Floro, qui dirige la sélection nationale.

Tissot a dû conserver le secret. Hier, les messages de félicitations affluaient.

Les célébrations seront toutefois de courte durée.

Du gros foot l'attend, lui qui n'a pas remis ses crampons depuis la fin de la saison de l'Impact.

«Cette semaine, je me suis entraîné avec les joueurs qui partent pour rejoindre leur équipe nationale», a-t-il raconté.

Les vacances attendront à son retour au pays lors de la troisième semaine de novembre.

Un repos qui fera du bien après une longue saison chez l'Impact, qui a connu trop souvent la défaite au goût des amateurs.

«C'est toujours plus difficile quand tu ne gagnes pas. C'est lourd mentalement, a concédé Tissot, auteur de trois buts et une passe en 26 parties et 1065 minutes de jeu depuis ses débuts en MLS en 2013.

«Nous avons quand même terminé la saison sur une bonne note. Ça regarde bien pour la prochaine saison.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer