Le Fury dresse un bilan en demi-teinte

Le président du Fury, John Pugh, et l'entraîneur-chef... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le président du Fury, John Pugh, et l'entraîneur-chef Marc Dos Santos, sont revenus sur les bons et les moins bons moments de la saison inaugurale du club. Ils ont profité de l'occasion pour annoncer la nomination de Darko Puser au sein de l'équipe technique.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'était la soirée des adieux pour les joueurs, les entraîneurs et le personnel du Fury d'Ottawa hier soir à la Place TD. L'an un du club de la North American Soccer League (NASL) est passé en coup de vent et l'heure était déjà aux bilans.

Alors que les joueurs s'apprêtaient à s'éparpiller aux quatre coins de la planète, l'état-major du Fury a fait le survol de sa première saison. Si le président du club, John Pugh, s'est montré satisfait des sept victoires, six matches nuls et des 27 points accumulés par son équipe en 27 parties, son entraîneur, Marc Dos Santos, s'est gardé une réserve en soulignant que ses objectifs n'avaient pas tous été atteints.

«Il y a eu beaucoup de points positifs cette année, mais je ne peux m'empêcher de ressentir un certain vide. Nous avons raté les séries éliminatoires. Il faudra être meilleur. Les gens pensent que nous sommes maintenant en saison morte. C'est faux. Pour moi, c'est la saison la plus vivante de nos vies qui s'amorce si nous voulons connaître du succès», a indiqué celui qui a raté les séries éliminatoires pour la première fois de sa carrière d'entraîneur professionnel.

Le Fury a pris le huitième rang du circuit à 10 équipes. Pour une équipe d'expansion, Ottawa a connu énormément de succès à l'étranger en 2014, mais elle a éprouvé toutes sortes de difficulté à remporter des matches devant ses partisans, particulièrement après son déménagement de l'Université Carleton au parc Landsdowne.

«Nous avons été à trois points de la meilleure équipe de la ligue à l'étranger, mais à la maison, nous avons eu la pire fiche du circuit. Nous n'avons gagné qu'un seul match à la Place TD. C'est inacceptable. Il faut que ça change», a ajouté Dos Santos.

Un bon noyau, mais...

L'entraîneur montréalais d'origine portugaise a assuré qu'il aimait beaucoup son noyau de joueurs, mais qu'il souhaitait ajouter du sang neuf afin de passer au prochain niveau.

«J'aimerais conserver 14 joueurs de l'édition actuelle et ajouter huit nouveaux visages. Nous avons concentré nos efforts pour obtenir des joueurs avec de bonnes habiletés techniques à notre première année, mais nous avons sous-estimé certains critères essentiels dans une ligue aussi exigeante sur le plan physique. Nous avons besoin de plus de vitesse et de force physique. Il nous manque d'athlètes capables d'embrayer en haute vitesse. En priorité, je cherche deux morceaux en attaque, un autre au milieu du terrain et un autre à l'arrière-centre.»

Le Fury a déjà cinq joueurs sous contrat pour la saison 2015, dont le gardien Romuald Peiser, l'attaquant Tom Heinemann, les milieux de terrain Richie Ryan (capitaine) et Nicki Paterson ainsi que le défenseur Mason Trafford. Dos Santos s'est dit persuadé de convaincre son meilleur compteur, le Brésilien Oliver Minatel, de revenir.

«Il va rester, j'en suis convaincu. Nous avons offert des contrats aux joueurs que nous voulons garder. Reste à voir si nous pourrons nous entendre sur les chiffres. Ce qui change la donne pour nous, c'est que plusieurs joueurs des autres équipes de notre ligue souhaitent venir à Ottawa maintenant.»

L'avenir se prépare

Afin d'assurer son avenir, le Fury a posé un geste important hier en annonçant la nomination de Darko Puser dans son équipe technique. Responsable de l'Académie du Chelsea FC depuis 12 ans, cet ancien collègue de Marc Dos Santos aura aussi la tâche de préparer la relève du Fury dans son Académie.

«C'est tout un défi qui se dresse devant moi, mais j'ai choisi de venir à Ottawa autant pour ce que le programme pouvait m'offrir que pour ce que je vais pouvoir apporter», a lancé le Serbe, qui parle couramment six langues, mais pas le Français.

jfplante@ledroit.com

Fury - honneurs individuels

Implication communautaire - Nicki Paterson

Joueur de l'année, choix des partisans - Mason Trafford

Meilleur compteur - Oliver Minatel

Joueur de l'année - Richie Ryan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer