Au revoir Luc Gélineau

Luc Gélineau, le directeur du service des sports... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Luc Gélineau, le directeur du service des sports de l'Université d'Ottawa.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un des piliers du sport universitaire dans la région prend sa retraite.

Luc Gélineau délaissera ses fonctions de directeur du service des sports de l'Université d'Ottawa en janvier prochain après 19 années passées dans ce rôle. Il a annoncé la nouvelle hier matin aux employés, dont les entraîneurs des diverses équipes des Gee Gees.

Le quinquagénaire jonglait avec l'idée de «passer à autre chose» depuis un bout de temps. «Mon épouse est déjà à la retraite, mais je voulais absolument que le projet de construction d'un terrain de football aboutisse avant que je parte», a-t-il noté.

La première phase du stade des Gee Gees a été complétée l'an dernier en bordure de l'avenue Lees et du Queensway. Un dossier sur lequel Gélineau a planché pendant une dizaine d'années.

Le premier ministre Harper avait même assisté au premier match de l'équipe en septembre 2014.

«Quand tu es un campus urbain, il faut se battre pour obtenir de l'espace, a rappelé Gélineau. Ce n'est pas toutes les équipes universitaires qui ont un terrain au centre-ville comme celui-là (...) Il reste encore beaucoup à faire avec ce stade, mais c'est maintenant le temps pour moi de passer à autre chose.»

Ses patrons ont justement souligné la construction du stade des Gee Gees comme l'un des faits saillants de l'ère Gélineau, qui a commencé en 1995 à l'Université d'Ottawa. Il y aussi eu la construction du complexe sportif Minto au début des années 2000.

Parmi les autres bons coups, on note la mise sur pied d'une équipe de hockey féminin en 1999 et une conquête de la coupe Vanier en 2000.

Le principal intéressé, lui, est surtout fier d'avoir contribué à augmenter l'appui financier aux étudiants-athlètes. Ce fut son principal cheval de bataille lors des réunions des divers directeurs sportifs des universités ontariennes.

«Au début, on ne pouvait pas donner de bourses athlétiques. Maintenant, ça peut atteindre 4000$ par étudiant-athlète. Les critères demeurent quand même encore plus sévères en Ontario qu'ailleurs, a-t-il noté.

«Je me souviens des premiers votes à ce sujet. L'Université d'Ottawa était considérée comme des délinquants de vouloir donner des bourses.»

Les Gee Gees ont connu beaucoup de succès depuis les dernières années sur la scène nationale, surtout dans les sports féminins tels que le soccer, volley-ball, basket-ball et rugby. L'équipe de natation et d'athlétisme a vu son nombre de médaillés augmenter.

Luc Gélineau a aussi dû naviguer à travers diverses crises qui ont secoué le service des sports depuis deux décennies. Que ce soit la suspension du programme de hockey ce printemps, la succession d'entraîneurs à la tête de l'équipe de football depuis six ans ou ces deux joueurs de football qui ont été pincés pour dopage en 1997.

Mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer