Dos Santos n'entend pas rater les séries

La troupe de Marc Dos Santos disputera un... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La troupe de Marc Dos Santos disputera un énième match ultime samedi soir.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

En plus d'avoir à gagner ses quatre derniers matches de la saison pour espérer se faufiler dans les séries éliminatoires de la NASL, l'entraîneur-chef Marc Dos Santos a une autre raison de vouloir terminer l'année avec une série de victoires.

L'entraîneur québécois d'originaire portugaise n'a jamais connu une saison perdante en carrière chez les professionnels. Encore mieux, il n'a jamais encore raté les séries éliminatoires.

Le Fury (7-5-11) se battra pour sa vie samedi soir à New York, où il affrontera le Cosmos (10-7-6), et Marc Dos Santos voudra éviter de se trouver en terrain inconnu.

«Je dois gérer mon côté émotif de toujours vouloir gagner. Du moment où je suis devenu entraîneur de l'Impact de Montréal, mes équipes ont toujours fait les séries éliminatoires. Au Brésil, je suis toujours passé au deuxième ou troisième tour des séries. Nous ne sommes pas encore éliminés, mais si ça devait arriver, ce serait une première pour moi.»

Le portrait est assez clair. Avec quatre parties à jouer, le Fury a huit points de retard sur les Strikers de Tampa Bay, l'équipe qui détient la dernière position pour accéder aux séries. Le Fury doit gagner trois matches et annuler dans l'autre en espérant trois défaites et un match nul des Strikers.

«Les chances sont minces, mais pour nous, c'est une question d'orgueil. Si nous évitons la défaite, nous serons encore en vie avec seulement trois matches à jouer. Nous voulons respirer encore samedi soir.»

L'équipe de Marc Dos Santos traverse ses meilleurs moments de la saison depuis qu'elle a recouvré la santé. Elle a remonté le classement depuis 10 matches et elle aurait aimé que le calendrier s'étire un peu pour rattraper les autres équipes, mais l'entraîneur demeure convaincu que son club d'expansion est sur le droit chemin.

«On constate la progression. Mercredi, j'ai été très dur envers les joueurs. Ils me regardaient avec des faces de gars qui pensaient que j'étais fou parce que nous n'avons jamais été meilleurs que maintenant. Moi, je crois que nous pouvons être encore meilleurs. C'est la culture que nous voulons installer ici. Nous perdons des matches parce qu'il nous manque des qualités pour être encore meilleur, mais nous ne trichons jamais.»

Marc Dos Santos aime l'engagement de son groupe. Il pense avoir les ingrédients pour passer au prochain niveau en 2015. «L'année prochaine, il faudra faire les séries. Nous avons un noyau important de joueurs à qui il faut greffer quatre ou cinq éléments de plus.»

Alors que sa saison ne tiendra qu'à un fil contre les champions en tire de la NASL samdi soir, le Fury devra se passer de son capitaine dans la «Grosse Pomme».

Richie Ryan attend l'arrivée de son premier enfant ce week-end. Son épouse a 99% de chances d'accoucher samedi ou dimanche et Marc Dos Santos ne veut pas qu'il éprouve de regrets dans cette étape importante de sa vie.

«Nous voulons qu'il aille l'esprit en paix. Il ratera un match important, mais nous espérons qu'il en jouera bien d'autres pour le Fury à l'avenir. Il va vivre un moment inoubliable ce week-end. [...] Mauro Eustaquio prendra le relais. Il l'a déjà fait avec brio par le passé.»

Enfin, notons que l'équipe a libéré le défenseur Andrés Fresenga plus tôt cette semaine. Il n'avait pris part qu'à quatre matches du Fury cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer