Un défi tchèque attend les Gee Gees

L'une s'avère la joueuse la plus vieille de l'équipe, l'autre la plus jeune. (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

ARCHIVES, LeDroit

Partager

L'une s'avère la joueuse la plus vieille de l'équipe, l'autre la plus jeune.

Âgées respectivement de 24 et 18 ans, Dominique Lefebvre et Cindy Laurin s'apprêtent à goûter au hockey international. Leurs coéquipières des Gee Gees d'Ottawa et elles affronteront la République tchèque dimanche soir lors d'une joute hors-concours à Clarence-Rockland.

Il s'agira d'une des nombreuses parties qui se dérouleront dans les prochains jours en marge des championnats du monde de hockey féminin présentés à Ottawa du 2 au 9 avril.

«Je suis excitée. Jouer contre les meilleures joueuses d'un autre pays... C'est une opportunité que je n'ai jamais eue auparavant», a souligné Laurin, une attaque de Buckingham qui a fait tourner les têtes à sa première saison chez les Gee Gees.

Un hiver durant lequel elle a inscrit 10 buts en 19 parties, un sommet au sein de l'équipe. Elle a notamment réussi un tour du chapeau en janvier contre Concordia.

Le Réseau du sport étudiant au Québec (RSEQ) l'a nommée au sein de l'équipe d'étoiles de la dernière saison chez les recrues en hockey universitaire féminin.

De son côté, Lefebvre complète sa quatrième saison chez les Gee Gees. C'est un peu elle qui a convaincu Laurin de se joindre aux Gee Gees durant l'été.

La joueuse de Cantley l'avait déjà dirigée dans les rangs mineurs civils.

Là, elle est maintenant une de ses coéquipières.

«Cindy, c'est ma petite cocotte», a souligné en riant Dominique Lefebvre, deux pouces plus grands que Laurin, qui fait 5'4».

Dans son cas, ce ne sera pas son premier match à saveur internationale. Dans le passé, elle a déjà eu la chance d'affronter la France, les Pays-Bas et la Chine.

Lefebvre évoluait à l'époque au Cégep Limoilou dans les rangs collégiaux.

Un privilège

«C'est un privilège de jouer contre la République tchèque. C'est un beau défi pour nous et pour les filles de ce pays. Ça donne aussi de la visibilité à notre équipe.»

Parlons justement des Gee Gees, qui ont terminé au troisième rang de leur division derrière McGill et Montréal, deux des meilleures formations au pays. Elles ont conservé une fiche de 7-9-4 en saison régulière avant d'être éliminées en deux parties dès le premier tour éliminatoire.

Leur dernier match remonte déjà à cinq semaines. Plus précisément au 23 février.

Les joueuses ont participé à des entraînements ici et là afin de conserver leurs réflexes aiguisés et leur conditionnement physique à point.

Leur coeur risque tout de même de pomper à fond contre les patineuses tchèques.

«Nous allons avoir des effectifs réduits pour le match. Puisque c'est le long week-end de Pâques, certaines des filles qui viennent de l'Ouest canadien, comme la Colombie-Britannique, vont retourner chez elles. C'est leur seul moment pour le faire, a raconté Dominique Lefebvre, une diplômée du programme sport-études de l'école secondaire Nicolas-Gatineau.

«Nous aurons trois trios et quatre défenseurs. Je pense que ça devrait donner quand même une bonne partie.»

Plusieurs autres joueurs francophones meublent l'alignement des Gee Gees. Dans le lot, on retrouve notamment la défenseure gatinoise Maude Laramée, qui a aussi été nommée au sein de l'équipe d'étoiles chez les recrues dans la conférence québécoise.

Le match aura lieu dès 19h à l'aréna de l'Académie internationale de hockey. Les billets sont en vente au coût de 5$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer