Sur la troisième marche du podium

Olivier Rochon... (Archives)

Agrandir

Olivier Rochon

Archives

Partager

Olivier Rochon soignait un rhume depuis deux jours. Rien toutefois pour clouer au sol le champion en titre du globe de cristal des sauts à sa première sortie de la saison en Coupe du monde.

Le skieur acrobatique de Gatineau a repris là où il avait laissé l'hiver dernier, terminant sur le podium samedi matin à Changchun, en Chine.

Plus précisément, il a terminé troisième dans une finale dominée par trois adversaires chinois et favoris locaux par un temps glacial.

«Je suis super satisfait de mon résultat. Je ne pouvais pas demander mieux», a soutenu Rochon au bout du fil, quelques heures après avoir récolté le bronze derrière Zongyang Jia et Guangpu Qi.

L'autre Chinois, Zhongqing Liu, a pris le quatrième rang.

Rochon était réaliste en se pointant dans le château fort de ses principaux rivaux sur le circuit de la Coupe du monde. Le camp d'entraînement de l'équipe canadienne en décembre avait dû être amputé de plusieurs jours en raison de mauvaises conditions météorologiques.

L'athlète de 23 ans n'avait pu polir son nouveau saut à temps pour l'épreuve inaugurale de la saison.

«Je l'ai réussi deux fois à l'entraînement sur neige. Nous n'étions pas sûrs si je devais l'essayer ou pas en compétition. Nous avons finalement décidé d'attendre à la prochaine.»

Ce qui a fait que Rochon a attaqué le rendez-vous de Changchun avec le même arsenal que la saison dernière. Son saut le plus difficile qui s'avère un triple périlleux doté de quatre vrilles, il s'en est servi pour remporter la ronde finale et accéder à la super finale.

Lors de l'étape ultime, la vedette outaouaise a été contrainte d'exécuter un triple périlleux avec trois vrilles. Le coefficient de difficulté était moindre que celui de Jia et Qi.

«J'ai hésité un peu dans les airs lors de mon saut et mon dos a touché le sol un peu à l'atterrissage. Je ne suis pas tombé, mais j'ai eu une petite déduction», a raconté Rochon, qui a obtenu un pointage de 84,75.

C'était une vingtaine de points en moins que les deux Chinois qui l'ont devancé. Ces derniers ont eu recours à un saut plus complexe et plus payant.

«Même si j'avais réussi un saut parfait, je n'aurais pas pu faire mieux qu'une troisième place.»

Rochon sait une chose. Il aura Jia, Qi et Liu dans les pattes durant tout l'hiver. «C'est pas mal contre eux que je vais devoir me battre. Et il y aura aussi les Russes qui n'étaient pas ici», a-t-il précisé.

Ses coéquipiers de l'équipe canadienne et lui sont revenus au pays hier. Ils ne s'ennuieront pas de la Chine où le mercure a chuté à moins 30 degrés Celsius durant la dernière semaine.

«C'est une région un peu pauvre, mais les gens s'amusaient quand même beaucoup. Nous avons vu plusieurs personnes qui skiaient en jeans et sans tuque», a relaté Olivier Rochon.

Après une journée de repos à son retour, ce sera le retour à l'entraînement en vue de la prochaine étape de la Coupe du monde prévue ce week-end à Val St-Côme.

Mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer