Houle est sorti de l'ombre des grands

Lors d'un tournoi à Mont Saint-Hilaire, Tristan Houle... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Lors d'un tournoi à Mont Saint-Hilaire, Tristan Houle a battu l'une des quatre têtes de séries. «J'ai été impressionné par mon résultat. Je ne m'attendais pas à ça»

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Ses adversaires étaient trois ans plus vieux que lui. Certains mesuraient cinq à six pouces de plus que lui. D'autres étaient plus forts et plus rapides.

Visiblement, ça n'a pas effrayé Tristan Houle, un des beaux espoirs du tennis en Outaouais.

Âgé de 15 ans, l'ado de 5'6 a causé une surprise le week-end dernier en remportant le bronze lors de la troisième étape du circuit québécois chez les 18 ans et moins présentée à Mont Saint-Hilaire. Il a battu notamment une des quatre têtes de série en plus de vaincre le tombeur du premier favori.

Ajoutez à cela qu'il avait dû franchir trois rondes de qualifications afin d'atteindre le tableau principal.

«J'ai été impressionné par mon résultat. Je ne m'attendais pas à ça», a avoué Houle, hier après-midi, lors d'un entraînement des membres du programme sport-études de Tennis Outaouais Performance (TOP).

Son coach Mathieu Toupin a aussi été épaté.

«Physiquement, il y avait une différence. À 18 ans, les gars ont du muscle sur le corps. Ça fait que la balle voyage beaucoup plus. Les gars ont aussi plus d'expérience.»

Ce dernier a toujours su que la raquette gatinoise avait un beau potentiel.

Houle joue de façon compétitive depuis l'âge de sept ans. Il a participé à divers camps de perfectionnement aux États-Unis et en Europe. Il a aussi aidé l'Outaouais à gagner des médailles aux Jeux du Québec.

«Ça n'a pas toujours été facile à l'entraînement. Mais là, il commence à mettre les morceaux ensemble. Il profite aussi de ses opportunités», disait Toupin.

Puis il y a la confiance qui entre en jeu.

Tristan Houle a participé aux qualifications du tournoi Futures de Gatineau l'hiver dernier. Une expérience contre des joueurs pros qu'il a adorée.

En octobre, il a franchi les qualifications d'un tournoi ITF chez les 18 ans et moins qui regroupait des joueurs de 16 pays. C'est sans compter une tournée d'entraînement et de compétitions en Floride en novembre.

Dans le lot, il y avait notamment une épreuve de préqualification d'un tournoi pro ATP 250 doté d'une bourse de 443000$.

Houle a appris dans les récents mois à se montrer plus patient sur le terrain. Auparavant, il tentait souvent de forcer le jeu lors de longs échanges.

«J'essayais un gros coup après cinq balles pour un point», a-t-il mentionné.

À quoi ressemble son entraînement hebdomadaire?

Ça se résume à 10heures et 2500 balles frappées par semaine sur un terrain.

«Si tu ne comptes pas les cours privés où je peux frapper 800 balles. Si tu ne comptes pas les tournois, a-t-il précisé.

«Oui... ça fait beaucoup de balles», a ajouté l'étudiant de quatrième secondaire avec un sourire timide.

Plusieurs de ses coéquipiers chez TOP, qui compte une soixantaine de joueurs compétitifs, ont connu du succès dans la dernière année.

Véronique Sabourin se trouve en tournée en Floride avec l'équipe du Québec chez les 14 ans. Elle a participé à l'Orange Bowl.

La jeune Mélodie Collard fait partie de l'équipe nationale U10 en plus de détenir des titres provinciaux en simple et en double. Quant à Simon Breton, il est champion québécois en double chez les U10.

Deux autres membres de TOP évoluent en ce moment dans la NCAA. Nicolas Vincent, qui était de passage hier à Gatineau, fréquente Southern Illinois tandis que Lissa Pacheco-Brousseau se trouve à l'université Morehead State dans l'état du Kentucky.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer