Toujours pas de victoire

Ayant dû se contenter d'un verdict nul face... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Ayant dû se contenter d'un verdict nul face au Red Bull de York II, Julian De Guzman est toujours en quête de sa première victoire à la tête du Fury d'Ottawa.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un but dans le temps additionnel de Ramon Martin Del Campo et des arrêts à bout portant du gardien Callum Irving auront permis au Fury d'Ottawa de sauver la mise à la Place TD dimanche, mais leurs efforts n'auront pas été suffisants pour procurer une première victoire à Julian De Guzman à la tête du club.

Le but in extremis du défenseur Del Campo aura au moins procuré un précieux point au classement pour le Fury dans un verdict nul de 2-2 contre le Red Bull de New York-II. Le successeur de Paul Dalglish devra toutefois attendre au moins à son cinquième match pour savourer un premier gain à titre d'entraîneur-chef.

Sous ses ordres, le Fury montre une fiche deux verdicts nuls et deux défaites. Placé dans son nouveau rôle au début d'un long voyage de trois matches en 10 jours, De Guzman aurait aimé offrir les trois points de la victoire à la foule de 6694 spectateurs pour son premier match comme entraîneur à domicile, mais il a dû avouer qu'à leur quatrième match en 12 jours, ses joueurs commençaient à ressentir la fatigue.

« Nous avons bien commencé en marquant le premier but, mais le Red Bull a répliqué de la même façon qu'à notre dernier match à New York. Ce n'est pas la performance que nous voulions offrir, mais les gars ont bataillé ferme dans des conditions difficiles. Il y a eu de l'effort et de la passion derrière cette performance. Notre qualité de jeu n'était pas là où nous la voulions, mais nous aurons maintenant une semaine pour nous regrouper avant notre prochain match à la maison », a lancé l'ancien joueur vedette de l'équipe canadienne de soccer.

Steevan Dos Santos avait bien amorcé le match en inscrivant son troisième but à ses trois derniers matches à la 21e minute de jeu. Il a ensuite couru au banc des siens pour s'emparer du chandail de son coéquipier Eddie Edward. Endeuillé par la perte de son père, Edward n'a pas fait le dernier voyage du Fury. En signe de respect pour son coéquipier, Dos Santos a donc agité le chandail #3 d'Edward dans les airs.

Le party venait de prendre à la Place TD devant l'une des meilleures foules de la saison, mais le Red Bull a joué les trouble-fête en égalant la marque par l'entremise de Floriant Valot à la 32e minute.

La fatigue accumulée par les joueurs du Fury dans leur long périple aux États-Unis a commencé à se manifester en deuxième demie ou seul le brio de Callum Irving a empêché les visiteurs de prendre l'avance avant la 79e minute sur un but d'Andrew Tinari, qui a endormi la défensive ottavienne pour se frayer un chemin jusqu'à Irving.

Soulagement

Au moment où le Fury (7-9-8) semblait s'éloigner encore un peu plus du tableau des séries éliminatoires, Ramon Martin Del Campo a laissé son poste de défenseur pour appuyer l'attaque. L'idée était bonne puisqu'il a récupéré un ballon libre à la suite d'un arrêt du gardien du Red Bull (9-11-5) pour le botter avec force dans le fond du filet et créer l'égalité 2-2.

« Ce but a été un véritable soulagement, car nous venons de passer deux semaines éprouvantes sur le plan mental. Nous avons perdu notre entraîneur Paul Dalglish. Julian De Guzman a pris le relais au début d'un long voyage. Il nous manque plusieurs joueurs clés qui sont blessés ou tout simplement pas en mesure de jouer (Edward). Nous avons besoin d'une pause sur le plan mental et la prochaine semaine sera salutaire. »

Del Campo dit qu'il n'a jamais songé à rester à sa position alors que le Fury menaçait avant le coup de sifflet final. « Ça prenait des corps devant le filet. J'ai foncé en me disant que je reviendrais s'il le fallait. Heureusement, j'ai eu la chance de compter. »

Avec huit matches à jouer en saison régulière, le Fury demeure à quatre points d'une place en séries.

Le Toronto FC freine l'Impact

De vieux problèmes ont refait surface dans le camp de l'Impact, dimanche, et la formation montréalaise a vu sa série de victoires être stoppée à quatre, à la suite d'un revers de 3-1 face au Toronto FC.

La troupe de Mauro Biello a manqué de finition dans le dernier tiers et de concentration en défensive - comme ça lui arrivait souvent pendant la première moitié de la saison - et le TFC en a profité pour ramener le Bleu-blanc-noir sur terre. Sebastian Giovinco a réussi un doublé pour le Toronto FC (16-3-8), qui n'a pas perdu depuis le 1er juillet (6-0-3). Jozy Altidore a aussi fait bouger les cordages.

Ignacio Piatti a fourni la réplique de l'Impact, marquant son 15e but de la saison en fin de rencontre.

L'Impact (10-9-6) termine le week-end en septième position dans l'Association Est, et donc à l'extérieur d'une place en séries. Il détient le même nombre de points que l'Atlanta United (10-8-6), mais ce dernier occupe le sixième rang en vertu d'un meilleur différentiel de buts. « En première demie, nous étions proches, mais il y avait beaucoup de déchets techniques dans notre jeu, a noté le capitaine de l'Impact, Patrice Bernier. Nous leur redonnions le ballon trop facilement et c'est quelque chose que nous allons devoir rectifier. Pendant notre série de victoires, nous étions meilleurs au niveau collectif, que ce soit à l'attaque, en milieu de terrain ou en défensive. Là, notre jeu était décousu. »

Après de beaux efforts des locaux, Giovinco a jeté une douche froide sur la salle comble de 20 801 spectateurs en ouvrant la marque sur un coup franc parfait à la 41e minute de jeu.

Blerim Dzemaili avait commis une faute contre Altidore tout juste à l'extérieur de la surface montréalaise. D'ailleurs, les joueurs de l'Impact ont souvent eu maille à partir avec l'arbitre Robert Sibiga.

L'Impact disputera son prochain match samedi, quand le Fire de Chicago sera de passage au Stade Saputo. Le Bleu-blanc-noir sera toutefois privé de Laurent Ciman (Belgique), Dzemaili (Suisse), Anthony Jackson-Hamel (Canada), Samuel Piette (Canada) et David Choinière (Canada), qui ont été rappelés par leur sélection nationale respective.

Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer