Déçu de voir Dalglish partir

Autrefois considéré comme un des plus beaux espoirs... (Courtoisie)

Agrandir

Autrefois considéré comme un des plus beaux espoirs de la planète, Gerardo Bruna est en train de se hisser parmi l'élite de la United Soccer League.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gerardo Bruna n'était pas particulièrement heureux, la semaine dernière, d'apprendre que le Fury d'Ottawa et l'entraîneur-chef Paul Dalglish avaient choisi de divorcer à l'amiable.

Dans les semaines qui ont précédé son départ, Dalglish a trouvé le moyen de poser quelques bons gestes. Il a, en outre, trouvé un moyen de relancer la saison - et possiblement la carrière - du milieu de terrain argentin.

Bruna, alors que l'été s'achève, est en train de se hisser parmi les joueurs d'élite de la United Soccer League (USL).

« Je travaillais depuis longtemps avec les entraîneurs dans le but de trouver une façon d'exploiter davantage mes forces. Nous avons changé à plusieurs occasions de style de jeu cette saison. Certains schémas ne me convenaient pas beaucoup », raconte l'athlète de 26 ans, au bout du fil.

« Il y a un mois et demi, environ, j'ai eu une bonne discussion avec Paul. Je lui ai dit qu'il fallait trouver une façon de m'impliquer davantage dans le jeu. Je voulais toucher à la balle plus souvent. Après avoir réfléchi, Paul a décidé de me laisser plus de liberté. Il m'a donné le droit d'être un peu plus créatif. Les résultats ont vite suivi », complète-t-il.

Bruna vient de connaître une séquence heureuse durant laquelle il a marqué un but et récolté deux passes décisives en trois rencontres. Durant cette période, il a été nommé à deux reprises au sein de l'équipe d'étoiles hebdomadaire de la USL.

Cette séquence a été brisée, samedi dernier.

Il croyait bien qu'elle s'étirerait encore. Dans la 78e minute d'un match opposant le Fury aux Rowdies de Tampa Bay, il a marqué un but lors d'un coup franc.

Les officiels ont jugé, après révision, que le but était inadmissible.

« Je commence à vraiment m'amuser, dit-il, au bout du fil. J'ai vécu des moments difficiles au cours des deux dernières saisons. J'ai enfin l'impression que je peux aider l'équipe. Je crois que je peux encore faire mieux. Je peux créer davantage d'opportunités en me pointant plus souvent dans la surface de réparation. Je peux obtenir davantage de passes payantes. »

Il pourra tenter d'ajouter à sa fiche dès mercredi, lorsque le Fury complétera un long voyage en rendant visite au FC Cincinnati.

Blessures

On s'attendait à ce que Bruna accomplisse de grandes choses dès son arrivée à Ottawa, avant que débute la saison 2016.

Né en Argentine, formé à l'adolescence à la prestigieuse académie du Real Madrid, il avait déjà été considéré comme un des plus beaux espoirs sur la planète.

Les choses ne s'étaient pas nécessairement passées comme il voulait quand il a quitté l'Espagne pour tenter sa chance en Angleterre, avec le club de Liverpool.

Celui qu'on avait jadis surnommé le « Messi de Madrid » était quand même venu en deuxième division nord-américaine dans le but de relancer sa carrière.

« Je ne pensais pas que ce serait facile. J'étais convaincu que la NASL serait une bonne ligue compétitive. Certains joueurs de très haut calibre en fin de carrière jouaient déjà ici. L'an dernier, à mon arrivée, Raul évoluait pour le Cosmos. »

Le calibre de jeu a surpris Bruna, donc.

Une vilaine blessure l'a par la suite relégué à un rôle de spectateur pendant tout l'été.

« C'est arrivé après mon deuxième match, contre Indy Eleven. C'était une hernie sportive, mais les médecins ont mis du temps avant de correctement identifier le problème. Quand je suis finalement revenu au jeu, après l'opération, il ne restait que quatre matches à écouler à la saison. »

Bruna sera doublement motivé en cette fin de saison, lui qui sera bientôt joueur autonome.

« Je n'ai parlé à personne, vraiment », dit celui qui n'écarte pas un retour à Ottawa en 2018.

« Je sais que les hivers canadiens sont rudes, mais il fait drôlement beau durant les mois que ma famille passe ici. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer