Le Fury et l'Impact croiseront le fer

Le Fury d'Ottawa s'est incliné 4-0 devant le... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le Fury d'Ottawa s'est incliné 4-0 devant le Toronto FC la semaine dernière, en demi-finale du championnat canadien.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'une façon ou d'une autre, l'Impact de Montréal devait passer par la Place TD cet été.

Si le Fury avait réussi l'impossible, en résistant au Toronto FC la semaine dernière, il aurait affronté ses cousins de la métropole en finale du championnat canadien des clubs.

Puisque ce rendez-vous n'a pas été possible, l'Impact s'est engagé à venir faire son tour quand même. Un match amical opposant les Bleus de la MLS aux Rouges de la USL sera présenté le mercredi 12 juillet prochain, à 19 h

« Ça fait partie de notre entente avec l'Impact. Nous avons pris soin d'ajouter cette clause quand nous avons accepté d'accueillir quelques joueurs de leur Académie cette saison », rappelle le président du Fury, John Pugh.

L'homme d'affaires aux racines anglaises a fait l'acquisition du Fury, en 2002. À l'époque, il souhaitait simplement contribuer à la croissance du soccer en Amérique du Nord.

L'organisation de matches amicaux entre deux clubs évoluant dans des championnats différents s'inscrit un peu dans cette volonté.

« Quand le Toronto FC est venu jouer chez nous, le mois dernier, leurs supporters ont fait pas mal de bruit. Si les Ultras de Montréal veulent venir faire un tour, en juillet, il nous fera plaisir de les accueillir. Même chose pour les fans de Montréal qui vivent à Gatineau, de l'autre côté du pont », indique Pugh.

Le partenariat entre le Fury et l'Impact est plutôt productif, jusqu'à maintenant.

Le club majeur a prêté une petite poignée de joueurs à son nouveau club école. L'un d'entre eux, Michael Salazar, a marqué dimanche le gros but qui a permis au Fury de faire match nul sur la route.

« C'était son deuxième but, en fait. Je dirais que, dans l'ensemble, nous sommes très satisfaits de notre partenariat avec l'Impact. Salazar et de Jimmy Shammar Sanon sont cependant des joueurs particulièrement intéressants pour nous », commente Pugh.

La présence de l'Impact pour un match amical devrait aussi donner un coup de pouce aux guichets.

Un peu partout, dans la USL, les assistances sont en hausse. Jusqu'à maintenant, à Ottawa, c'est un peu plus difficile. Au cumulatif de leurs quatre premières parties à domicile, ils ont attiré une moyenne de 4415 fans par rencontre.

« Nous avons malheureusement joué trois matches durant des week-ends où la météo était vraiment moche. Le temps était soit froid, soit pluvieux, soit les deux en même temps. Nous avons hâte que le temps change. »

L'an dernier, lorsque les Whitecaps de Vancouver sont devenus le premier club de la MLS à se pointer à Ottawa, plus de 9000 fans se sont déplacés.

Le 23 mai, environ 7600 fans ont assisté au match contre le Toronto FC. Ce soir-là, à Kanata, les Sénateurs d'Ottawa et les Penguins de Pittsburgh croisaient le fer dans le sixième match de la Finale de l'Association Est.

« Le calendrier va finir par nous aider. Nous n'aurons pas de pause à la mi-saison, comme dans les années précédentes. Ça va nous permettre de jouer quelques matches en juillet. Ça nous fera du bien. Et notre saison prendra fin un peu plus tôt. Ça devrait nous aider aussi », croit Pugh.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer