Victoire historique du Fury

Le Fury est revenu de l'arrière pour gagner... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Le Fury est revenu de l'arrière pour gagner un match excitant contre le FC Toronto devant 7611 spectateurs à la Place TD mardi soir.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2016, le Fury d'Ottawa avait semé l'hystérie dans le stade de la Place TD en gagnant un premier match historique contre une équipe de la Major League Soccer (MLS) dans le cadre de la demi-finale du championnat canadien de soccer.

À la surprise générale, le Fury avait eu raison des Whitecaps de Vancouver 2-0 avant de s'incliner au total des buts dans le match retour. Mardi soir, malgré la tenue du sixième match de la conférence de l'Est de la LNH à Kanata, 7611 spectateurs ont été témoins d'un autre petit miracle à la Place TD quand le club de la United Soccer League (USL) a réécrit l'histoire en signant sa deuxième victoire contre un club de la MLS.

Cette fois, le Fury a eu raison du FC Toronto par la marque de 2-1 devant une autre foule en délire. Pourquoi pas ? L'exploit n'est pas banal. Les Torontois forment une puissance dans la MLS. Ils n'avaient pas perdu à leurs sept derniers matches (6-0-1). Ils sont également les champions canadiens en titre. Le TFC est le club le plus titré de l'histoire du championnat canadien. Il a été décoré cinq fois dans les neuf premières éditions du championnat national.

Il faut dire que les finalistes de la MLS en 2016 avaient fait un effort pour rendre le duel plus équitable en laissant la majorité de leurs vedettes à la maison pour la première manche de la demi-finale. Malgré l'imposante délégation de partisans torontois qui ont animé la soirée en chantant pendant les 90 minutes du match, la direction du club avait décidé de reposer son meilleur marqueur, Jozy Altidore, de même que son joueur le plus utile Michael Bradley. Blessé, le « striker » Sebastian Giovinco n'a pas fait le voyage non plus. En fait, seulement trois joueurs de la formation de départ du FC Toronto étaient de véritables partants.

Malgré tout, les visiteurs ont largement dominé la première demie et Benoît Cheyrou, le joueur le plus utile du championnat canadien 2016, a été le seul à marquer à la 35e minute.

Le Fury a toutefois fait des ajustements tactiques en deuxième demie. La troupe de Paul Dalglish a été méconnaissable dans la dernière portion du match et l'équipe B du FC Toronto en a payé le prix.

« Ils nous ont pris par surprise en modifiant leur système de jeu et leur formation pour la première fois depuis longtemps. Il a fallu revoir notre plan de match. Après avoir fait les ajustements, je pense que nous avons été la meilleure équipe sur le terrain », a expliqué Paul Dalglish.

Plus dangereux après la pause de la mi-temps, le Fury a emboîté ses adversaires devant leur filet et un défenseur a bloqué un tir avec la main. Ryan Williams n'a pas raté sa chance d'égaler le pointage 1-1 à la 57e minute.

À la 72e minute, Sito Seoane a déclenché un tintamarre en travaillant d'arrache-pied dans la surface de réparation des Torontois qui multipliaient les bourdes. La foule a bondi d'un trait quand il a porté la marque à 2-1. La Place TD avait rarement été aussi bruyante pendant un match du Fury.

« C'est incroyable ! Je sais qu'ils ont reposé leurs meilleurs joueurs, mais cette victoire ne devrait même pas arriver. C'est la beauté du soccer. Les négligés peuvent toujours gagner », a souligné Paul Dalglish.

De l'autre côté du terrain, l'entraîneur du TFC Greg Vanney s'est incliné devant les gagnants. « Ils ont été très agressifs en deuxième demie pour récupérer les ballons. Ils ont été intenses et ils ont marqué leurs deux buts grâce à cela. Ça va faire un match revanche intéressant à Toronto la semaine prochaine. C'est bon pour les partisans canadiens quand les matches sont serrés. Nous avons un gros match à jouer contre Columbus la semaine prochaine. Si nos meilleurs joueurs sont en santé, ils vont jouer la deuxième manche. »

Chez le Fury, le capitaine Lance Rozeboom s'est dit heureux d'avoir pu récompenser l'impressionnante foule malgré le match important des Sénateurs qui se déroulait au même moment à Kanata. « Le championnat canadien est un événement vraiment plaisant. C'est rare de voir un club de la MLS à Ottawa alors nous sommes contents d'avoir pu offrir un bon spectacle à nos partisans. »

Les 90 prochaines minutes de cette demi-finale seront disputées au stade BMO le 31 mai. Aucun club de la USL ou de la NASL n'a atteint la finale jusqu'à présent.

>>>Le sommaire du match




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer