Fury: place au championnat canadien

La victoire de 2-0 contre les Whitecaps de... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

La victoire de 2-0 contre les Whitecaps de Vancouver a été le fait saillant de la saison 2016 du Fury. Ce match de demi-finale du championnat canadien  avait attiré près de 10 000 spectateurs à la Place TD.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Oubliez l'ancienne ligue du Fury d'Ottawa. Oubliez aussi la USL pour un instant.

De vieux rivaux vont se retrouver mercredi soir quand le FC Edmonton s'amènera au stade de la Place TD. Les « Eddies » sont demeurés dans la NASL. Le Fury a fait le transfert dans la USL, mais mercredi soir, rien de tout ça n'importera. On efface tout. Un nouveau trophée est à l'enjeu. C'est le début du Championnat canadien des clubs de soccer professionnels. Le Fury a disputé ses matches les plus électrisants et les plus suivis de toute l'année 2016 dans ce championnat où il a atteint le deuxième tour pour la première fois de son histoire.

Sa victoire contre le FC Edmonton au premier tour du championnat national lui avait valu un rendez-vous fort attendu contre les Whitecaps de Vancouver en demi-finale. Le Fury avait surpris le club de la MLS 2-0 dans la première manche de la série à Ottawa. Le club de Paul Dalglish avait aussi surpris les 9057 partisans dans son stade. Ça aura été la plus imposante foule de la saison à un match du Fury en 2016.

Le FC Toronto en cadeau

Ce processus recommence mercredi. Cette fois, le gagnant du duel Ottawa-Edmonton aura le droit d'affronter le FC Toronto (MLS) au deuxième tour. Le Fury mettra tout en place pour obtenir ce privilège.

« C'est notre match le plus important de la saison, affirme Paul Dalglish. La récompense est trop grande pour l'équipe, pour la franchise et pour la ville. C'est notre chance d'amener le FC Toronto ici. Notre match contre Vancouver avait été le plus couru de l'année. Nos partisans aimeraient voir un autre club de la MLS ici. Nos joueurs veulent aussi se frotter aux meilleurs. Ils ne peuvent pas demander meilleure vitrine », a indiqué Dalglish, qui avait perdu les services de Marcel de Jong au profit des Whitecaps peu de temps après le duel entre les deux clubs.

Paul Dalglish n'aura pas de difficulté à satisfaire le critère des trois joueurs de nationalité canadienne qui devront obligatoirement faire partie de l'alignement partant. Il se tournera vers Callum Irving devant le filet, le milieu de terrain international Jamar Dixon et le défenseur ottavien Eddie Edward, qui se trouvait paradoxalement dans le camp des Eddies à pareille date l'an dernier.

« Le championnat canadien est un événement unique dans une saison. C'est déjà plaisant de retrouver un rival canadien. J'ai joué à Edmonton par le passé. Je connais tous leurs entraîneurs. J'ai encore beaucoup d'amis dans leur vestiaire. Pour ma famille, c'est une occasion unique de jouer cette série aller-retour », a signalé le vétéran Edward.

L'an dernier, il avait perdu sa bataille contre Ottawa, mais il n'avait rien raté de l'action entre le Fury et les Whitecaps dans la manche suivante. Le club de la MLS en avait eu plein les bras contre l'équipe de sa ville natale, mais il avait racheté son revers de 2-0 avec un gain de 3-0 à Vancouver pour passer à la finale nationale contre Toronto.

« Ça avait été magique à Ottawa. Les partisans avaient été incroyables. C'est sûr que nous voulons faire le plus de chemin possible dans ce championnat. C'est notre chance de ramener un trophée d'importance à Ottawa. »

Edmonton en arrache

Comme le Fury, les Eddies n'ont pas connu un bon départ après avoir atteint la demi-finale de la NASL l'an dernier. Ils montrent un dossier d'une victoire et quatre défaites après cinq matches. Le Fury a une fiche de 1-2-2 après cinq matches.

Eddie Edward se méfie toutefois de son ancien club. « L'entraîneur Colin Miller a la réputation d'avoir une équipe extrêmement structurée. Il a de nouveaux joueurs sous la main. Quand ils auront maîtrisé son système de jeu, ils seront redoutables. J'espère seulement qu'ils vont le maîtriser après nos deux prochains matches contre eux ! »

Des renforts

Le Fury devrait obtenir des renforts pour le premier duel contre le FC Edmonton. Blessés à l'entraînement la semaine dernière, Thomas Obasi et Gerardo Bruna n'ont pas fait le voyage à Charleston samedi dernier. Malade, Steevan Dos Santos n'a pas pu commencer le dernier match non plus.

« Obasi et Dos Santos sont prêts à revenir. Bruna a mal à une cheville. Il va rater deux semaines, mais la suspension de trois matches à Andrae Campbell ne s'applique pas pendant le championnat canadien, alors il pourra nous aider aussi », a signalé Dalglish.

L'Impact prête un premier «régulier»

Michael Salazar... (Archives, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Michael Salazar

Archives, La Presse

L'Impact de Montréal a réalisé une première dans son partenariat avec le Fury d'Ottawa mardi en  lui prêtant un de ses joueurs réguliers pour une période indéterminée.

Choix de deuxième ronde (24e au total) de l'Impact au repêchage 2016 de la MLS, Michael Salazar a déjà pris part à 19 matches du onze montréalais. Cette année, il a participé à deux des huit premiers matches de l'Impact. L'an dernier, il avait compté deux buts en 17 parties, dont huit où il avait été de l'alignement partant.

Depuis le début de sa récente association avec Ottawa, l'Impact n'avait cédé que des joueurs de son ancienne académie au Fury. Cette fois, l'équipe de la USL obtient un membre de la première équipe de l'Impact.

Né à New York, mais membre de l'équipe nationale du Bélize avec qui il  joué 12 matches sur la scène internationale, Salazar est un attaquant de 24 ans qui peut aussi évoluer au centre du terrain.

« L'Impact n'avait pas pu nous prêter des joueurs de sa première équipe jusqu'à présent parce qu'il a été frappé par plusieurs blessures. Salazar nous apportera une option de plus en attaque. Nous allons lui donner la chance de jouer. Nous l'évaluerons en le comparant à nos joueurs. Nous n'avons pas fait de promesses à l'Impact. Les meilleurs vont jouer. S'il fait partie de nos meilleurs, il jouera », a expliqué l'entraîneur-chef du Fury, Paul Dalglish.

Malgré ce prêt, Salazar pourra être rappelé à tout moment par l'Impact. D'ailleurs, pour garder son admissibilité avec l'Impact, il ne sera pas disponible pour le Fury pendant le championnat canadien qui commence mercredi. Il devrait faire ses premiers pas avec le Fury samedi lors de la visite des Rowdies de Tampa Bay.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer