Le Fury entame enfin sa saison

« Nous sommes excités à l'idée de disputer un... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

« Nous sommes excités à l'idée de disputer un premier match dans une nouvelle ligue, a soutenu l'entraîneur-chef Paul Dalglish avant le départ des siens.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nouvelle saison, nouvelle ligue et surtout plusieurs nouvelles jambes pour le Fury.

L'équipe de soccer professionnel d'Ottawa dispute un premier match officiel samedi soir au Missouri. Plus précisément contre le Saint Louis FC.

Ce qui marquera ses premiers pas dans la United Soccer League (USL) après trois saisons mouvementées dans la NASL. Entre deux années de misère en 2014 et 2016, le Fury avait atteint la finale du Soccer Bowl en 2015.

« Nous sommes excités à l'idée de disputer un premier match dans une nouvelle ligue, a soutenu l'entraîneur-chef Paul Dalglish avant le départ des siens.

«Nous avons pris la décision de passer dans la USL, car nous estimons que ce circuit nous offre un meilleur avenir. C'est une ligue forte de 30 franchises et qui est appuyée par la MLS. Puis j'ai vu les premiers matches des autres clubs le week-end dernier et je suis déjà très content de notre choix.»

Reste à voir si le Fury connaîtra plus de succès.

Ça ne peut pas être pire que la saison dernière. Un printemps, un été et un autonome qui ont été marqués par une pluie de blessures et de défaites.

Ajoutez à cela que l'attaque marquait des buts au compte-gouttes.

Le balai a été passé dans les derniers mois dans le vestiaire de l'équipe. Neuf joueurs ont survécu au ménage.

Treize nouveaux visages ont été greffés au Fury.

«J'aime bien notre jeunesse. Il y a beaucoup d'énergie. Ça se voyait durant le camp d'entraînement», a soutenu le défenseur Eddie Edward.

Ses coéquipiers le surnomment grand-papa en raison de ses 28 ans. C'est lui l'aîné du groupe.

«Surtout, j'adore l'attitude des joueurs. Tu sais que le gars à côté de toi va tout donner. Des fois, tu vas te retrouver au sein d'un club où certains gars vont travailler sans relâche pendant que d'autres joueurs vont prendre congé ici et là. Je n'ai pas vu ce genre de joueurs ici.»

L'effort, c'est une chose.

Mais est-ce que le Fury a assez de talent pour secouer les cordages du filet adverse ? Difficile de gagner sans marquer.

«C'est ce qui m'encourage. Nous avons créé plusieurs occasions de marquer en matches pré-saisons. Nous voulons inscrire le plus de buts, peu importe la façon», a soutenu Dalglish.

Vent d'optimisme 

Le vétéran Edward est optimiste. Le coach aussi.

Et le nouveau capitaine dans tout ça ?

«Tout le monde est positif à travers la ligue en début de saison. Tout le monde va te dire que les attentes sont élevées, a rappelé Lance Rozeboom.

«Je ne peux pas promettre un championnat. Ça ne se fait pas. Mais cette équipe-ci va connaître du succès. À quel point ? Je l'ignore. Seul le temps le dira. J'ai toutefois été emballé par l'attitude des joueurs lors du camp d'entraînement.»

Puis le milieu de terrain américain a pris le temps de défendre son patron. Paul Dalglish a été la cible de plusieurs critiques lors des déboires de 2016.

«Il est arrivé dans des circonstances particulières, a relaté Rozeboom. L'équipe venait d'atteindre la finale l'année précédente sous Marc Dos Santos. Il y a eu un choc des idées, car certains joueurs étaient habitués à jouer d'une certaine façon et le nouvel entraîneur, lui, avait une philosophie différente.

«Ça sera différent cette année. Paul a pu recruter des joueurs qui partagent sa vision et pourront exceller dans son système de jeu. Moi, je m'attends à de belles choses de ce groupe-ci.»

Cinq joueurs à surveiller

Gerardo BrunaFury OttawaPATRICK WOODBURY, LeDroit... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Gerardo BrunaFury OttawaPATRICK WOODBURY, LeDroit

Patrick Woodbury, Le Droit

10 - Gerardo Bruna

Paul Dalglish l'a embauché peu de temps après son arrivée à Ottawa l'an dernier. Ça devait être un de ses bons coups. Mais le milieu de terrain argentin, qui a fait ses classes dans les académies du Real Madrid et de Liverpool, n'a jamais eu l'occasion de se faire valoir. Il a manqué la majeure partie de la saison 2016 en raison d'une blessure à l'aine, ne disputant que six parties.

Bruna, 25 ans, est toutefois guéri. Et il a brillé lors des joutes hors-concours, récoltant quatre buts. Seul le nouveau venu Sito Seoane a mieux fait que lui, marquant cinq fois.

9 - Carl Haworth

Il a été le joueur le plus utile du Fury la saison dernière. Sauf que l'attaquant ontarien ratera le début du nouveau calendrier régulier. Il s'est blessé à une cheville, il y a deux semaines. Des ligaments ont été touchés.

On dit qu'il pourrait manquer à l'appel pour un autre mois.

Si le Fury veut connaître une saison gagnante, elle a besoin de Haworth sur le terrain, et non à l'infirmerie. De plus, c'est lui maintenant le visage de cette franchise qui a subi plusieurs changements depuis ses débuts, il y a quatre ans. Haworth est le seul survivant du jour 1.

1 - Callum Irving

Le natif de Vancouver a de gros gants à remplir. Il remplace le très fiable Romuald Peiser à titre de gardien du Fury. La bonne nouvelle ? Irving a connu du succès l'an dernier dans la USL, récoltant huit jeux blancs en 14 présences sur le terrain chez le Rio Grande Valley FC. Il avait été prêté aussi durant la saison au Dynamo de Houston, dans la MLS.

En janvier, Irving a disputé un premier match au sein de l'équipe nationale senior. Le Canada avait gagné 4-2 contre les Bermudes.

Reste à voir s'il s'avère tout aussi coloré que son prédécesseur en entrevue après les matches. Peiser a offert certaines des meilleures citations de la jeune histoire du Fury.

6 - Shane McEleney

Un des 13 nouveaux joueurs à se joindre au Fury. C'est un Irlandais âgé de 25 ans qui joue pour la première fois à l'extérieur de son pays natal dans les rangs pros.

Les entraîneurs s'attendent à ce que le joueur européen de 6'3'' et 215 livres soit un des leaders de la défensive. Il débarque avec une réputation de gagnant.

McEleney a remporté trois trophées en cinq ans chez le Derry City FC, l'équipe de son patelin en première division en Irlande. Il jouait à l'époque avec son jeune frère Patrick.

25 - Lance Rozeboom

Le gars à la queue de cheval. Surtout, le nouveau capitaine du Fury.

Aussi, il a été l'homme de fer... et l'homme à tout faire de l'équipe durant la saison de misère que fut 2016. Il a évolué à diverses positions en raison des nombreuses blessures à ses coéquipiers.

On le verra en tant que milieu de terrain afin d'entamer la nouvelle année dans la USL. Un circuit qu'il connaît bien. Rozeboom a été capitaine de l'Aztex d'Austin en 2015.

Un joueur durable. Un leader. Et aussi un gars généreux avec le ballon. Il a cumulé le plus haut pourcentage de passes complétées (87,2 %) la saison dernière chez le Fury.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer