L'éclosion de Haworth

Carl Haworth... (Courtoisie: Steve Kingsman, Fury d'Ottawa)

Agrandir

Carl Haworth

Courtoisie: Steve Kingsman, Fury d'Ottawa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la saison s'achève dans la North American Soccer League, deux candidats méritent d'être considérés pour le titre de joueur le plus utile au Fury d'Ottawa.

Il y a le défenseur Rafael Alves et l'attaquant Carl Haworth.

La mention d'Alves ne devrait surprendre personne. Il est le seul membre restant du mur défensif qui a mené le club à la finale du Soccer Bowl en 2015. Il a simplement repris exactement là où il avait laissé. Haworth, en contrepartie, a profité de l'été 2016 pour sortir de l'ombre. Dans ses 23 apparitions, il a marqué sept buts et obtenu trois passes payantes.

Membre de la première heure du Fury, il avait marqué seulement quatre buts en 48 rencontres durant les deux saisons précédentes.

L'attaquant ontarien de 27 ans fait maintenant partie du plan de match des adversaires. Le Cosmos de New York, qui sera de passage à la Place TD ce dimanche, devra lui accorder une attention particulière.

« Je ne peux certainement pas me plaindre », a-t-il répondu lorsque LeDroit lui a demandé comment se déroulait sa saison.

« En tant que membre de l'attaque, je veux marquer des buts. Je veux être impliqué dans les séquences de jeu au terme desquelles nous marquons nos buts. Une petite blessure m'a ralenti dans une séquence où je produisais bien, mais sinon, je suis plutôt fier de ce que j'ai accompli. L'équipe n'a peut-être pas connu tout le succès voulu, mais d'un point de vue personnel, ça s'est assez bien passé. »

Haworth a simplement pris avantage de la situation qui s'offrait à lui.

Quand il s'est pointé au camp d'entraînement, à la fin de l'hiver, il avait déjà compris à quel point le portrait avait changé. De nombreux vétérans avaient quitté. Un nouvel entraîneur s'était installé aux commandes.

Des attaquants qui s'étaient greffés à l'organisation débarquaient avec une réputation enviable, mais Haworth avait de la chance. Le nouveau pilote, Paul Dalglish, était prêt à donner une chance égale à tous les joueurs.

« J'ai vite compris que Carl était mon genre de joueur. Avec lui, le travail est prioritaire. Tout le reste lui semble secondaire. Ça tombe bien. Moi, je ne crois pas trop au talent naturel. Je crois que le talent est donné en guise de récompense à ceux qui travaillent fort. Carl a été souvent récompensé cette saison. Je suis bien content pour lui. Il a travaillé fort chaque jour pour obtenir ses récompenses. »

Personne ne sait vraiment à quoi ressembleront les prochains mois du Fury. Une fois le Cosmos parti, il restera trois matches à disputer.

Si Dalglish demeure aux commandes, il tient à ce que Haworth demeure dans le giron de l'équipe.

« Son contrat est muni d'une option à la discrétion de l'équipe pour la saison prochaine. Nous n'allons pas le retenir si jamais un gros club comme le Real Madrid appelle pour obtenir ses services... »

Il a fait ce commentaire avec un sourire en coin. Haworth ne devrait pas faire le saut dans la Liga en 2017. N'empêche. La bonne saison qu'il vient de connaître pourrait lui ouvrir des portes.

« Si ça se produit, tant mieux. Sinon, tant pis. Je ne suis pas différent des autres joueurs de soccer. J'aspire à jouer le plus haut possible. Mais j'aime Ottawa. Je suis content de contribuer au développement de mon sport dans cette ville », dit le joueur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer