Le Fury refuse de mourir

« Dans cette ligue, tout est possible. On peut... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

« Dans cette ligue, tout est possible. On peut gagner sept matches de suite comme on peut en perdre sept de suite », souligne le gardien Romuald Peiser.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors, vous dites qu'il y a peut-être une chance ?

Poussé par une irrésistible série de sept matches sans défaite, le Fury d'Ottawa peut encore s'accrocher à ses minces chances de participer aux séries éliminatoires de la NASL pour une deuxième année consécutive.

Ce qui semblait inaccessible il y a six semaines est en train de se transformer en fin de saison divertissante pour les partisans de l'équipe ottavienne.

Le Fury (7-8-11) s'en va jouer un match à Miami (8-8-9) mercredi soir contre un rival qui cherche aussi à remonter le classement pour se hisser dans le tableau des séries. Les Ottaviens n'ont plus que trois points de retard sur le FC Miami au 7e rang du classement général. Ce dernier vient de perdre ses deux derniers duels.

Avec six matches encore à l'horaire de la saison 2016, le Fury accuse encore sept points de retard sur le quatrième rang détenu par le Minnesota United FC, mais il s'est donné une chance de les rejoindre en les battant deux fois plutôt qu'une dans la dernière semaine.

Mieux, le Fury a trouvé le moyen de marquer six buts dans ces deux victoires contre le club qui se prépare à faire le saut dans la MLS la saison prochaine.

«On ne veut pas regarder trop loin devant, mais en même temps, c'est sûr qu'on ne va pas laisser tomber notre objectif à long terme de participer aux séries. Nous allons continuer de nous battre», a assuré l'attaquant Giuseppe Gentile, auteur de deux buts à ses deux derniers matches.

Fait cocasse, Gentile a marqué ses deux premiers buts dans l'uniforme Rouge et Blanc après avoir imité son coéquipier Maxim Tissot en se teignant les cheveux blonds. Rappelons que le milieu de terrain gatinois avait inscrit son premier but avec le Fury après avoir adopté une nouvelle crinière blonde. Ottawa n'a pas perdu un seul match depuis ce changement de chevelure !

S'il n'a pas encore suivi la mode lancée par ses jeunes coéquipiers, le gardien étoile Romuald Peiser n'a pas perdu la foi pour autant. «Dans cette ligue, tout est possible. On peut gagner sept matches de suite comme on peut en perdre sept de suite. C'était une question de temps avant qu'on marque des buts. On sera dur à battre maintenant !»

Auteur de son premier but de la saison samedi à la Place TD, l'Américain Lance Rozeboom insiste sur le fait que son équipe ne peut pas se satisfaire de ses deux dernières victoires. «Nous aurions pu gagner quelques-uns des cinq duels précédents qui se sont terminés par des verdicts nuls. On ne s'est pas laissé une grande marge de manoeuvre. Il faut se rendre à Miami et aborder le match comme les deux derniers. Nous sommes solides défensivement récemment et nous créons également plus de chances à l'attaque.»

Pour l'entraîneur-chef Paul Dalglish, tout semble tomber en place en fin de saison, mais il est peut-être un peu trop tard. «Ces résultats sont le fruit de nos efforts de toute une saison. Nos joueurs blessés reviennent au jeu. On peut finalement quantifier nos efforts avec ces victoires. Nous avons plusieurs duels contre des clubs qui cherchent à se faire une place en séries. Si nous gagnons ces matches, la fin de saison sera plus qu'intéressante.»

Le Fury rentrera en ville après sa courte visite en Floride. Dimanche, il recevra le FC Porto Rico, le club qui ferme la marche au classement de la NASL. Tout est encore possible !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer