Dalglish hausse le ton

Paul Dalglish était de bien mauvais poil, jeudi,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Paul Dalglish était de bien mauvais poil, jeudi, à l'entraînement du Fury d'Ottawa.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En naviguant entre les séquences perdantes et les épidémies de blessures, Paul Dalglish a réussi à conserver son calme durant la saison de soccer. La patience de l'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa n'est quand même pas sans limites.

Jeudi matin, sur le terrain de la Place TD, il est un peu sorti de ses gonds. Il a interrompu brièvement la séance d'entraînement pour rappeler à ses joueurs qu'ils ont marqué seulement trois buts à leurs cinq dernières parties. Il leur a fait savoir de façon crue, avec quelques jurons à la clé, que ça ne changera pas s'ils « ont peur de se déplacer en direction du filet adverse ».

« Vous avez peut-être l'impression que c'était condescendant de ma part... La réalité, c'est le filet dans lequel nous devons marquer des buts est situé à une des extrémités du terrain. Le filet ne se déplace jamais. Il est donc physiquement impossible de marquer des buts si nous ne courons pas dans sa direction », a-t-il expliqué aux journalistes, environ une heure plus tard.

Avec une approche plus défensive, le Fury a connu un certain succès. Il vogue présentement sur une séquence de cinq matches nuls consécutifs. Il occupe présentement le 10e rang - sur 12 équipes - au classement combiné de la North American Soccer League.

« Défensivement, tout va bien. Parfois, quand on se concentre trop sur la défensive, on finit par jouer pour ne pas perdre. Une équipe qui ne concède jamais de buts ne peut pas perdre. Une équipe qui ne marque pas de buts ne peut pas gagner. »

Le Fury complétera samedi au Minnesota une séquence de trois parties sur la route. Dans ce voyage, on a pu voir l'attaquant Gerardo Bruna sur le banc de touche.

L'Argentin de 25 ans a déjà été considéré comme un des plus beaux espoirs du soccer. « Il était une de nos embauches les plus intrigantes en début de saison. Il fait partie des joueurs qui ont le potentiel de compléter la dernière passe. Il est créatif », reconnaît Dalglish.

Sauf que Bruna ne risque pas de quitter le banc de touche de sitôt.

« Il est à des miles d'un retour au jeu. Il a passé la saison sur la liste des blessés. Il n'affiche pas la forme nécessaire. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer