Le FC Edmonton menace le record du Fury

Romuald Peiser avait récolté 14 jeux blancs en... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Romuald Peiser avait récolté 14 jeux blancs en 29 matches l'an dernier. Il sera de retour devant le filet du Fury jeudi.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous vous souvenez de la mythique saison d'automne du Fury d'Ottawa en 2015?

L'équipe était intraitable. Elle accumulait les victoires, les matches nuls, mais surtout, plusieurs blanchissages. Au meilleur de cette séquence infernale, le Fury avait passé 648 minutes de jeu sans accorder de but. «Un record qui ne sera sûrement jamais battu», avait lancé l'entraîneur-chef Marc Dos Santos.

Hé bien, les records sont faits pour tomber: les prochains visiteurs de la Place TD menacent sérieusement cette marque qui n'est pas encore vieille d'un an.

Comme le Fury de 2015, le FC Edmonton (12-4-4) est en pleine ascension. Maintenant deuxième du classement général de la NASL, il n'a rien donné à ses adversaires depuis 534 minutes. Son gardien Matt VanOekel est rendu à 11 jeux blancs. Il lui reste encore 12 matches pour battre le record de 14 blanchissages établi par le gardien ottavien Romuald Peiser.

Assurément, les joueurs du Fury (5-5-11) voudront empêcher les «Eddies» de réécrire le livre des records vendredi soir. «Je m'attends à un match difficile où la patience sera de mise. Edmonton se défend bien. Ce n'est pas toujours le spectacle qui gagne des points», a avancé Romuald Peiser, qui va retrouver sa place devant le filet après avoir été remplacé par Marcel DeBellis depuis deux matches.

Gardien par excellence de la NASL en 2015, le Français n'a pas apprécié son temps sur les lignes de côté, mais il a accepté son sort bien malgré lui.

«Je n'avais pas le choix. C'est le coach qui prend les décisions pour le bien de l'équipe. Je ne suis qu'un employé qui fait ce qu'on lui dit de faire. Si on me dit de m'asseoir, je m'assois. Si on me dit d'aller devant le filet, j'y vais. Ce n'est jamais agréable de ne pas jouer, mais nous formons une équipe et nous devons travailler ensemble», a expliqué celui qui compte cinq jeux blancs cette saison, mais qui en avait récolté 14 en 29 matches l'an dernier.

Au moins deux autres joueurs du Fury n'auront pas besoin de grande motivation pour affronter Edmonton. Eddie Edward et Mallan Roberts ont commencé la saison avec l'équipe albertaine. Ils ont déjà croisé leurs anciens coéquipiers dans une défaite de 1-0 à Edmonton le 10 juillet, mais c'est la première fois qu'ils affronteront les «Eddies» à la Place TD.

«Les deux équipes ont faim. Ils veulent les trois points pour finir au premier rang de la ligue et nous voulons les trois points pour rester en vie. Les Eddies sont sur une très bonne séquence. C'est le résultat d'un travail de trois ans. Ils ont finalement trouvé les 11 joueurs qui leur fallait pour gagner des matches avec un système bien précis. Il faudra essayer de les désorganiser», a lancé Mallan Roberts.

Pour Eddie Edward, le Fury ne doit pas aborder ce match comme si c'était une question de vie ou de mort pour faire les séries. «Nous sommes dans une séquence matches nuls ou de défaites. Nos partisans méritent de célébrer une victoire. Nous voulons gagner tous les matches, mais il faut vraiment y aller un match à la fois. La NASL est une drôle de ligue. Le classement peut changer vite!»

Des retours

Même s'il devra se passer de Jamar Dixon et Julian de Guzman qui sont avec l'équipe nationale canadienne au Honduras, le Fury pourra au moins compter sur le retour de quelques joueurs blessés vendredi.

Le meilleur marqueur, Carl Haworth, pourrait jouer tout comme Fernando Timbo, Thomas Obasi et même le franc tireur Gerardo Bruna, absent depuis 19 matches.

Une dernière saison dans la NASL?

Un blogueur qui gravite autour du Fury a provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux jeudi en avançant que l'équipe ottavienne quitterait la NASL à la fin de la saison 2016.

Utilisant le sobriquet @FuryFanatic sur Twitter, Stuart Mactaggart a écrit que des sources lui avaient révélé que le Fury quitterait la NASL après sa troisième saison d'existence et que le club refusait de commenter la situation pour le moment. Plus tard, le collaborateur occasionnel de TSN a ajouté que le club serait en pourparlers avec la USL Pro, une ligue de calibre inférieur où les joueurs sont souvent âgés de moins de 22 ans. La majorité des équipes de la USL Pro servent de club-école aux équipes de la MLS.

Ces énoncés ont rapidement fait boule de neige au point où deux anciens joueurs du Fury ont commenté les gazouillis de @FuryFanatic. Premier capitaine de l'histoire du Fury, Richie Ryan a écrit: «J'espère que les rumeurs du départ du Fury d'Ottawa sont fausses. Ça ne serait pas bon pour la ligue/club et je n'aurais pas l'occasion de jouer à la Place TD à nouveau.» Richie Ryan s'aligne maintenant avec le FC Miami en NASL.

Défenseur avec le Fury pendant une saison et demie, Ryan Richter a aussi émis son opinion. «Ça serait très décevant pour l'équipe. Je crois sincèrement que le club ne sait pas dans quoi il s'embarque. Je sympathise avec les partisans.» Richter sait de quoi il parle: afin de se rapprocher de sa famille et pour accueillir son premier enfant, il a choisi d'aller jouer en USL Pro cette année.

Chez le Fury, le directeur des communications, Graeme Ivory, a bien voulu désamorcer la bombe en affirmant qu'il n'y avait rien de solide dans cette «nouvelle» lancée sur les réseaux sociaux.

«Je respecte Stuart, mais ce qu'il a avancé, ce n'est rien de plus que des ouï-dire. Il écrit que nous ne voulons pas commenter ses informations, mais pourquoi faudrait-il commenter des ouï-dire? S'il a des sources, qu'il les utilisent! Il ne se passe rien. Il n'a aucune preuve. La ligue est embêtée et nous le sommes tout autant. Nous sommes de fiers membres de la NASL et nous avons un match à gagner vendredi.»

Parmi les 12 équipes de la NASL, le Fury détient la quatrième meilleure assistance avec une foule moyenne de 5693 spectateurs par match.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer