Le Fury domine, mais se contente d'un point

Le Fury est ralenti par des blessures alors... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le Fury est ralenti par des blessures alors que des équipes fortes comme l'Eleven d'Indianapolis sont en ville.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Fury d'Ottawa souhaitait profiter d'une séquence de trois matches consécutifs à domicile pour remonter le classement de la NASL, mais l'adversité s'est mêlée de la partie.

Victime d'une épidémie de blessures, le Fury est amoindri pour cette tranche de duels cruciaux qui tombent en même temps sur le passage des meilleures équipes de la ligue.

Après avoir dû se contenter d'un match nul de 0-0 mercredi contre le FC Miami, les locaux ont obtenu le même résultat dimanche dans un verdict nul de 1-1 contre l'Eleven d'Indianapolis.

Comme mercredi, l'entraîneur-chef Paul Dalglish pensait que son équipe méritait un meilleur sort. « Nous avons eu l'avantage dans ce match-là. Nous en avons fait assez pour espérer la victoire malgré notre formation diminuée. Comme si ce n'était pas assez, le hasard veut que nous affrontions l'élite de la ligue pendant notre séquence à domicile ! »

Après le « Indy Eleven », champion de la saison printanière de la NASL, se sont les meneurs de la saison d'automne qui passeront par Ottawa vendredi alors que le FC Edmonton débarquera en ville.

Les partisans du Fury ont pu renouer avec trois membres de l'équipe finaliste de 2015 dimanche. Le défenseur irlandais Colin Falvey est devenu capitaine de l'Eleven. Premier joueur de l'histoire à signer un contrat avec le Fury, Nicki Paterson dirige encore le jeu au milieu du terrain alors que Sinisa Ubipariopovic, à son mieux pendant la saison d'automne 2015, était sur le banc à titre de réserviste.

À leur retour à la Place TD, Falvey et Paterson n'ont pas eu le temps de fraterniser avec les membres de leur ancienne équipe. Rapidement, ils ont été impliqués dans plusieurs bousculades.

Le Fury a toutefois profité de la meilleure occasion de marquer de la première demie quand Lance Rozeboom a foncé au filet pour mettre son pied sur un ballon qui a dévié quelques centimètres à côté du filet défendu par Jon Busch.

Ce n'était que partie remise pour les Ottaviens. Fraîchement inséré dans la partie, Thomas Stewart a saisi le retour d'un lancer franc de Ryan Williams pour mettre sa tête sur un ballon qui a trouvé le fond du filet. Le Fury prenait l'avance à la 59e minute, mais celle-ci a été de courte durée.

Cinq minutes plus tard, Brad Ring a aussi hérité d'un retour à partir d'un coup franc pour déjouer Marcel De Bellis, qui obtenait un deuxième départ consécutif devant le filet.

Le Fury a tout donné pour reprendre son avance, mais Dame Nature a ralenti ses ardeurs quand le tonnerre, les éclairs et une pluie diluvienne ont envoyé les 6139 spectateurs vers l'abri. Le match a été suspendu pendant 35 minutes avec seulement six minutes à faire. À la reprise du jeu, les visiteurs n'ont fait que se défendre pour sauver le point.

« Leur gardien perdait du temps. C'est signe que nous avions le dessus dans ce match. Nous avons travaillé extrêmement fort pour aller chercher trois points. Ils nous ont échappé, mais au moins, nous avons récolté deux points à nos deux derniers matches », a signalé l'entraîneur Dalglish, dont l'équipe a maintenant 11 points en 11 matches au calendrier d'automne (8e position).

Quant à l'unique marqueur du Fury, il trouvait que son deuxième but en huit matches avec sa nouvelle équipe arrivait à point. « Nous avions du momentum quand je suis rentré. Les substituts doivent avoir un impact quand ils entrent dans un match. Le jeu qui a mené au but, nous l'avons travaillé durant les entraînements. J'aurais aimé que ça nous aide à gagner devant nos partisans », a commenté Thomas Stewart.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer