Le Fury, «c'est mon club maintenant»

L'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa, Paul Dalglish... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa, Paul Dalglish

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça fait longtemps que Paul Dalglish n'a été aussi souriant le long d'un terrain de soccer.

Gagner deux matches de suite pour la première fois de la saison n'est pas étranger à la bonne humeur de l'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa. Son équipe tentera de coller une troisième victoire consécutive, samedi soir, contre les Rowdies de Tampa Bay à la Place TD.

«Je l'ai déjà dit, mais la lune de miel est terminée. Nous devons commencer à gagner des parties», a expliqué Dalglish, embauché durant l'hiver afin de remplacer Marc Dos Santos qui avait guidé l'équipe vers le Soccer Bowl en 2015.

Les débuts de l'entraîneur écossais ont été difficiles à Ottawa. Le Fury (4-3-8) n'a gagné que deux de ses 13 premières joutes sous ses ordres dans la NASL.

«Avec tous les joueurs que j'ai amenés ici dernièrement, c'est mon club maintenant, a noté Dalglish. Quand tu prends la relève au sein d'une organisation, parfois tu dois travailler avec les joueurs choisis par un autre instructeur. Ça prend du temps afin de réussir une bonne transition et te retrouver avec une équipe qui te ressemble. Les blessures et la vente de certains joueurs ont permis d'obtenir des sous et faire de la place au sein de l'alignement d'afin d'ajouter des morceaux intéressants tels que Eddie Edward, Maxim Tissot, Ryan Williams, Jamar Dixon et Thomas Stewart.

«Tu vois une différence sur le terrain. L'équipe évolue avec nettement plus de confiance. Et il y a une belle qualité de jeu.»

Tissot a obtenu deux belles occasions de marquer lors du gain contre les RailHawks de la Caroline. Puis le match précédent, Stewart avait inscrit un but à ses débuts chez le Fury, qui ne compte maintenant que six survivants de l'ère Dos Santos dans ses rangs.

Il s'agira d'une troisième partie en sept jours pour les joueurs de Dalglish.

Le coach a déjà prévu le coup. Il avait décidé de reposer son capitaine Julian de Guzman, mercredi soir. Le vétéran milieu de terrain s'est contenté d'un rôle de réserviste.

«Il a 35 ans. Il est si important pour nous, autant sur le terrain que dans le vestiaire. Il faut être respectueux envers lui. Julian a joué beaucoup dans la chaleur à Jacksonville samedi dernier. Tu ajoutes le voyagement à tout ça. Nous lui avons accordé une soirée de congé afin qu'il soit frais et dispo pour la partie suivante», a expliqué Paul Dalglish.

Blanchissages

Le Fury tentera de blanchir l'adversaire pour un quatrième match de suite. Il n'a pas accordé de buts lors des 188 dernières minutes de jeu.

Les Rowdies (5-64) se pointent à Ottawa avec l'ancien membre de l'équipe nationale anglaise Joe Cole et l'ancien buteur du Fury Tom Heinemann.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer