Le Fury dit merci à un ancien allié

Maxim Tissot a disputé son premier match à... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Maxim Tissot a disputé son premier match à la Place TD, mercredi soir. Le Fury en a profité pour battre les RailHawks 2-0.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Fury a obtenu l'aide d'un de ses anciens joueurs, mercredi soir, pour gagner un deuxième match en cinq jours.

Drew Beckie, qui était membre de la solide unité défensive de l'édition finaliste du Soccer Bowl, a gaffé à son retour à la Place TD. Il a poussé accidentellement dans le filet de sa nouvelle équipe un coup franc de Bryan Olivera à la 50e minute.

Un but qui a permis à Ottawa (4-3-8) de gagner 2-0 contre les RailHawks de la Caroline (6-3-6) devant 4547 spectateurs par une soirée chaude, humide et même très détrempée à un certain moment.

«Je suis un bon ami de Drew. Je vais m'assurer de le remercier pour ce but-là», a lancé en riant l'attaquant Carl Haworth, un des rares coéquipiers de Beckie qui joue toujours chez le Fury.

«Le soccer est un drôle de sport. Quand ça ne va pas bien, tu n'as aucun bond favorable, aucune décision favorable des arbitres. Là, le vent change de direction. Le ballon ne cesse de rentrer dans le filet adverse. Nous gagnons en confiance. Nous ne pouvons rien faire de mal en ce moment.»

Le Fury avait marqué aussi deux buts à sa sortie précédente. Avant ces deux victoires, il n'avait secoué les cordages que cinq fois en sept parties.

Haworth est celui qui a donné l'avance aux siens tôt contre les RailHawks. Plus précisément à la huitième minute quand il s'est faufilé entre deux défenseurs pour placer le ballon à la droite du gardien Akira Fitzgerald.

Olivera a préparé ce but, lui qui avait été nommé plus tôt dans la journée au sein des étoiles de la dernière semaine dans la NASL. Son coéquipier Lance Rozeboom avait aussi eu droit à pareil honneur.

Cette joute du mercredi marquait la première présence à Ottawa du milieu de terrain aylmerois Maxim Tissot dans l'uniforme de l'équipe de son patelin. Libéré par l'Impact de Montréal en juin, il s'est joint au Fury il y a deux semaines, disputant des matches à Edmonton et Jacksonville.

«Ce fut difficile au début du match. J'avais de la misère à m'adapter au terrain. Les ballons envoyés en flèche bondissaient haut... J'en ai eu quelques-uns dans mes pieds à cause de ça», a soutenu Tissot, qui a obtenu deux occasions de marquer contre les RailHawks.

«Mais collectivement, nous avons connu un bon match. Nous avons été mis sous pression au début, mais dès que Carl a marqué, ça nous a remis dans le match. Nous avons ensuite bien défendu, laissant peu d'occasions», a ajouté l'ancien de la MLS, qui a raté quelques minutes en première demie afin de changer d'espadrilles.

Sa paire orange a laissé place à une paire jaune.

«Je n'étais pas confortable», a dit Tissot, expliquant que le geste ne relevait rien d'une superstition.

Le Fury a eu droit à une frousse durant cette soirée fructueuse. Son gardien Romuald Peiser est resté longtemps au sol à trois reprises, dont une en deuxième demie à la suite d'un contact avec le joueur des RailHawks, Tiyi Shipalane. Il était visiblement choqué après la victoire puisque l'adversaire n'a jamais été réprimandé sur chaque séquence.

«À New York, je ne touche pas l'attaquant et on me décerne un carton rouge. Ici, on me rentre dedans et il n'y a même pas un carton jaune. Où est la justice? Personne ne protège les gardiens», a déploré Peiser en anglais, montrant des traces de sang sur sa jambe gauche.

Tissot, Haworth et lui disputeront leur prochain match samedi, recevant la visite des Rowdies de Tampa Bay à la Place TD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer