Dalglish reste optimiste, statistiques à l'appui

L'entraîneur-chef Paul Dalglish est convaincu que son équipe a... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef Paul Dalglish est convaincu que son équipe a perdu dernièrement quelques matches qu'elle aurait pu gagner.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cette semaine, quand il préparait le Fury d'Ottawa à son match contre l'Armada de Jacksonville, Paul Dalglish ne s'est pas contenté de faire du coaching sur le terrain. Il a également pris le temps d'envoyer un document de statistiques à tous ses joueurs.

Il voulait ainsi marteler son message, selon lequel pour le club qui occupe l'avant-dernière position du classement général, les choses ne sont pas si sombres que ça.

L'entraîneur-chef est convaincu que son équipe a perdu dernièrement quelques matches qu'elle aurait pu gagner.

«Envoyer des statistiques aux joueurs n'est pas quelque chose d'exceptionnel. Nous partageons beaucoup d'information avec nos joueurs. Nous leur en donnons tant qu'ils veulent en prendre. Dans les deux dernières parties, il s'adonne que les chiffres sont un peu en contradiction avec les résultats», dit-il.

Dans les deux derniers matches, le Fury a été battu deux fois par blanchissage.

Il a toutefois dominé au chapitre de la possession de ballon et des ballons centrés.

«Ça nous laisse croire que nous faisons bien des choses correctement. Nous gagnons la bataille de la possession. Nous créons des chances de marquer. Nous parvenons à placer le ballon dans la zone payante bien plus souvent que nos adversaires. Il nous manque juste un peu de finition», observe Dalglish.

«Le soccer est un sport où il se marque si peu de buts... Parfois, on peut perdre un match qu'on a complètement dominé parce que nous n'avons pas été capables de compléter le travail dans la surface de réparation. Les chiffres nous permettent de croire que nous devrions marquer beaucoup de buts. Ce n'est pas le cas en ce moment. Nous devons quand même continuer de placer le ballon dans les zones payantes.»

Le match entre le Fury et l'Armada sera disputé à 17h, samedi, au Community First Park.

Tissot retrouve Ouimette

Pour Maxim Tissot, il s'agira d'un deuxième match sur la route.

Le milieu de terrain latéral aylmerois a bien entendu hâte de faire sa rentrée à domicile. Le prochain match à la Place TD sera disputé mercredi prochain.

En attendant, il sera heureux de retrouver un vieil ami en Floride.

Karl W. Ouimette, un ancien coéquipier au sein de l'Impact, vit un été 2016 étrangement similaire au sien. Le défenseur originaire de Repentigny a entrepris la saison en MLS, avec les Red Bulls de New York. Peu utilisé, il a été prêté à l'Armada à la fin du mois de juin.

«Nous avons échangé à quelques occasions. On passait un peu à travers la même chose. Il m'a dit comment il avait vécu tout ça, comment il regardait la suite. On voit un peu les choses de la même manière», explique Tissot.

«J'ai bien hâte de le voir, j'ai bien hâte de jouer contre lui. Mais, d'abord, je me dis qu'on peut avoir un résultat là-bas. On y va pour les trois points.»

Tissot n'est déjà plus le «petit nouveau» chez le Fury. Les deux autres joueurs acquis cette semaine sur le marché des transferts - le milieu de terrain d'Ottawa Jamar Dixon et le spécialiste des coups de pied arrêtés gallois Ryan Williams - vivront leur baptême de feu du soccer pro nord-américain.

«J'aime bien ce calibre, dit Tissot. J'ai un peu plus de temps avec le ballon. C'est une bonne chose. Je me sentais bien durant le match de la semaine dernière à Edmonton. J'étais en confiance, chose que je n'avais peut-être plus à Montréal.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer