Le Fury déniche un autre joueur local

Jamar Dixon évoluait jusqu'à tout récemment avec le... (Courtoisie)

Agrandir

Jamar Dixon évoluait jusqu'à tout récemment avec le FF Jaro, un club qui évolue présentement en Ykkönen, la deuxième division du championnat finlandais.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une troisième semaine consécutive, les dirigeants du Fury d'Ottawa ont réussi à dénicher un joueur local susceptible d'aider leur formation.

Il y a d'abord eu le défenseur Eddie Edward, arraché au FC Edmonton. Il y a ensuite eu Maxim Tissot, venu relancer sa carrière après avoir été libéré par l'Impact de Montréal.

Le troisième joueur, Jamar Dixon, a été recruté pas mal plus loin. Il évoluait jusqu'à tout récemment avec le FF Jaro, un club qui évolue présentement en Ykkönen, la deuxième division du championnat finlandais. «Jamar n'est pas uniquement un joueur du calibre de la NASL. C'est un joueur du calibre de l'équipe nationale canadienne», jure l'entraîneur-chef du Fury, Paul Dalglish.

À 27 ans, Dixon a effectivement eu la chance d'enfiler le maillot canadien pour la première fois en février dernier. Durant ce premier séjour avec la sélection canadienne, il a réussi à impressionner le capitaine du Fury, Julian de Guzman. Ce dernier l'a chaudement recommandé aux patrons de son club pro.

«Nous avons besoin de son énergie. Notre attaque demeure très faible. Nous avons beaucoup de choses à prouver. Nous avons besoin d'ajouter des gars qui, comme lui, sont prêts à faire une différence», dit-il.

Dixon n'était pas à la Place TD pour l'entraînement de mercredi. Dans un communiqué, il a déclaré qu'il «réalisera un rêve» quand il disputera un premier match en tant que joueur professionnel dans sa ville natale.

Ça ne se fera pas demain matin. Avant de renouer avec ses partisans, le Fury doit disputer un dernier match sur la route. Il rendra visite à l'Armada de Jacksonville la fin de semaine prochaine.

Il y a fort à parier que la versatilité du petit nouveau lui permettra de se trouver très rapidement une place dans l'effectif. «Il est vraiment polyvalent. Il peut jouer à peu près n'importe où», croit Dalglish.

«Il sera un peu notre couteau suisse. Il peut évoluer d'un côté du terrain ou de l'autre. Il peut aussi bien évoluer dans l'axe. Son énergie est bonne, son rythme est bon, son attitude est bonne. Il cadre bien dans notre projet collectif», enchaîne-t-il.

Enfant, Dixon a entrepris sa formation au sein du club St. Anthony's d'Ottawa. Il a également évolué chez les Hornets de Gloucester. Il a passé quatre années chez les X-Men de St. Francis Xavier dans le Sport interuniversitaire canadien (SIC) avant d'entreprendre sa carrière professionnelle en Scandinavie.

Williams arrive

Un autre joueur embauché cette semaine par le Fury, le Gallois Ryan Williams, a foulé le terrain de la Place TD pour la première fois, mercredi.

Premières impressions? «Le stade est vraiment superbe. Les installations sont de première qualité», commente celui qui évoluait jusqu'à tout récemment en Écosse.

On le décrit comme un spécialiste des coups de pied arrêtés. «Je n'aime pas trop en parler... Disons qu'en Angleterre, je me suis forgé une réputation pour cela en marquant quelques buts, dit-il, gêné. Disons que c'est un aspect du jeu sur lequel j'aime travailler.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer