Flou administratif autour de Tissot

L'entraîneur-chef du Fury, Paul Dalglish, attendrait une confirmation... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Fury, Paul Dalglish, attendrait une confirmation de la NASL pour officialiser l'embauche de Maxim Tissot.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Situation inusitée. Maxim Tissot pourrait accompagner le Fury d'Ottawa en voyage, ce week-end. Il pourrait même faire ses débuts dans la North American Soccer League (NASL), dimanche, à Edmonton. « Nous avons besoin de joueurs », répète l'entraîneur-chef, Paul Dalglish.

Pourtant, la direction du club n'a toujours pas confirmé la mise sous contrat du latéral aylmerois.

Il attendrait toujours de recevoir les confirmations nécessaires de la ligue. Tout porte à croire que ça se fera prochainement. Après l'entraînement de jeudi matin, à la Place TD, Dalglish en a parlé du bout des lèvres.

« Nous négocions avec trois joueurs. Dans un cas, ce n'est plus vraiment un secret », a-t-il dit, sourire en coin.

Il faisait référence à la sortie de Tissot dans les réseaux sociaux. Sur Twitter, mercredi, l'athlète s'est dit « fier et content » de se joindre au Fury.

Dalglish ne lui en veut pas. « Il est emballé. Il ne peut pas contenir sa joie. Nous avons tous déjà eu envie de raconter un secret à tout le monde. Pour lui, jouer à Ottawa constitue tout un événement. Il voulait en parler. Sa décision d'en parler ouvertement ne me dérange pas le moins du monde. »

Quand il apposera sa griffe au bas de son contrat, Tissot deviendra le deuxième joueur « local » du Fury.

Eddie Edward, un défenseur originaire d'Ottawa, a fait ses débuts avec le club plus tôt en juillet.

Tissot, un ancien du FC Outaouais, deviendrait le représentant de la rive québécoise.

« C'est quelque chose de très important pour nous. Si deux joueurs sont disponibles, à talent égal, nous allons toujours miser sur le talent local », explique le président du jeune club de soccer, John Pugh.

L'homme d'affaires s'explique. « Nous sommes enchantés d'avoir pu rapatrier Eddie Edward à Ottawa. Nous aurions voulu que cela se fasse plus tôt. Il a grandi au sein de notre académie. Il a joué pour notre club de développement dans la PDL. Il vient d'Ottawa. Grâce à lui, nous avons vendu 25 abonnements de plus. Toute sa famille et tous les membres de son entourage vont désormais venir à chacun de nos matches ! »

Dalglish est sur la même longueur d'ondes que son patron. Il tient cependant à ce qu'une chose soit claire. « Nous n'avons pas accepté Eddie au sein de notre club parce qu'il est un produit local. Nous lui avons fait une place parce qu'il est très bon. Il nous l'a d'ailleurs prouvé dans les derniers matches. »

« Je l'ai quand même dit lorsque j'ai accepté le poste d'entraîneur, ici. Il existe seulement cinq clubs de soccer professionnels dans tout le Canada. Ces clubs ont le devoir d'offrir des opportunités aux joueurs les plus talentueux au pays. »

Tissot ne devrait pas avoir trop de mal à s'adapter au rythme de la NASL. Il a disputé une soixantaine de matches avec l'Impact entre 2013 et 2016. Il a été soumis au ballottage par le club de la MLS à la fin du mois de juin.

Steele s'en va

À Ottawa, il pourrait être appelé à évoluer en milieu de terrain. Jeudi matin, la direction a confirmé une nouvelle qui circulait depuis quelques jours. Le contrat d'un de ses bons joueurs, Jonny Steele, a été vendu à un autre club de la NASL.

Le footballer nord-irlandais portera désormais les couleurs du Miami FC. « On nous a offert un montant substantiel, soutient Dalglish. Chaque sou obtenu dans ce transfert devrait nous permettre à faire l'acquisition de nouveaux joueurs. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer