Pas moyen de marquer des buts

Le Fury d'Ottawa a contrôlé le ballon pendant... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le Fury d'Ottawa a contrôlé le ballon pendant 60% de la partie, dimanche contre le Rayo d'Oklahama City. Mais pas moyen de marquer.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Véritable modèle de patience au fil des ans, Marcel De Bellis avait enfin la chance d'entreprendre un match - en saison régulière - devant le filet du Fury d'Ottawa à la Place TD.

Il aurait sans doute souhaité que ça se passe différemment.

Dans le premier match à domicile de la saison automnale, dimanche, le Fury s'est incliné 1-0 devant le Rayo d'Oklahoma City.

Lors du but, marqué par le défenseur Michel dans la neuvième minute de jeu, le gardien de buts numéro deux a très mal paru.

Le capitaine du Rayo a marqué sur corner. Il n'a eu qu'à pousser la balle depuis le coin. Il n'a même pas eu besoin de trouver un coéquipier dans la surface de réparation.

« Le genre de buts qu'on ne voit que dans des matches de soccer impliquant des enfants », constate, découragé, l'entraîneur-chef du Fury, Paul Dalglish.

Ce dernier n'est quand même pas prêt à condamner celui qui remplaçait la star suspendue Romuald Peiser.

Pour que le Rayo marque aussi facilement, il y a eu un sérieux cafouillage en défensive.

Les joueurs qui rôdaient dans les environs du premier poteau sont d'accord.

« Nous avons commis quelques erreurs impardonnables, convient l'attaquant d'Ottawa Kyle Porter. Ce qui fait mal, c'est que nous venons de livrer une grosse performance collective. Ces petites erreurs impardonnables commises en début de partie peuvent laisser croire qu'il s'agit d'une mauvaise performance collective. »

Le Fury a effectivement contrôlé le ballon pendant 60 % de la partie. Il a complété 531 passes - 163 de plus que le club visiteur.

Devant une foule annoncée de 6300 spectateurs, les locaux ont tout fait, sauf marquer.

« Il est assez facile de trouver ce qui ne va pas chez nous », croit Dalglish.

« Nous avons réussi à centrer une bonne vingtaine de balles dans la surface de réparation. Personne n'a réussi à compléter le travail. Nous avons passé la majeure partie de la rencontre dans le tiers offensif du terrain. Ça n'a rien donné », se lamente-t-il.

La patience de l'entraîneur envers ses joueurs ne sera pas éternelle. Si les attaquants qui font partie de l'équipe actuellement sont incapables de marquer, le Fury devra « se montrer agressif sur le marché des transactions dans les prochaines semaines ».

« Le problème, c'est que les joueurs doués techniquement ne sont pas faciles à trouver. Encore moins à cette période de l'année. »

Le Fury a bien fait l'acquisition d'un attaquant dans un échange avec un autre club de la North American Soccer League, la semaine dernière.

Le joueur en question, Giuseppe Gentile, a fait ses débuts avec le Fury ce week-end.

L'Américain de 23 ans ne faisait pas partie du XI partant. Il a fait son entrée dans la 66e minute.

« Il n'est pas facile de faire la transition au sein d'une nouvelle équipe. Toutefois, selon ce que je vois, le Fury rassemble des joueurs travaillants et déterminés. Ce sont des valeurs qui correspondent aux miennes. Je ne devrais pas avoir trop de mal à faire ma place », déclare-t-il.

Le Fury disputera ses deux prochains matches sur la route. Il rendra visite aux Eddies, à Edmonton, dimanche prochain.

Revers du FC Gatineau

Au complexe Mont-Bleu, dimanche le FC Gatineau a connu une deuxième moitié de match difficile. Il s'est incliné 3-1 par le CS Longueuil.

Jonathan Vallée a ouvert la marque sur un penalty à la 36e minute. Les visiteurs ont répliqué avec trois buts sans riposte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer