L'Allemagne et la Pologne se contentent d'un match nul

Le Polonais Lukasz Piszczek frappant le ballon avec... (Associated Press)

Agrandir

Le Polonais Lukasz Piszczek frappant le ballon avec sa tête lors du duel contre l'Allemagne jeudi au Stade de France.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'Allemagne et la Pologne ont réalisé le premier match nul de 0-0 de l'Euro, jeudi, dans un duel aigre présenté au Stade de France.

Une chance en or ratée s'est révélé le fait saillant de cette rencontre du groupe C, dont le résultat a officiellement éliminé l'Ukraine du championnat européen.

Arkadiusz Milik, qui avait marqué le but victorieux pour la Pologne contre l'Irlande du Nord dimanche, a manqué de précision sur une tête alors qu'il se trouvait à l'embouchure du filet allemand et le ballon a tout juste effleuré le poteau à la droite du gardien Manuel Neuer.

Cette chance ratée, survenue moins de 20 secondes après le début de la deuxième demie, laissait croire que le match allait prendre vie après une première demie terne.

Aucune équipe n'est cependant parvenue à appliquer de la pression en attaque, et elles devront se contenter d'un seul point de classement après avoir chacune remporté leur premier match de la compétition.

« Ça démontre notre ambition, a noté l'entraîneur polonais Adam Nawalka par l'entremise d'un interprète. Nous nous améliorons à chaque match. »

L'Ukraine terminera dernière de son groupe après avoir encaissé deux défaites de 2-0 - la première contre l'Allemagne, puis la deuxième contre l'Irlande du Nord plus tôt jeudi.

L'Allemagne et la Pologne ont joué comme si un match nul était suffisant, une conséquence directe de la décision des organisateurs d'étendre le format de l'Euro à 24 équipes.

Maintenant que la plupart des équipes qui termineront au troisième rang de leur groupe franchiront la phase préliminaire, quatre points devraient suffire à leur offrir un laissez-passer pour les huitièmes de finale.

L'Angleterre l'emporte

Daniel Sturridge a complété le jeu en triangle qu'il a amorcé à la 91e minute et l'Angleterre a pu s'imposer 2-1 contre le pays de Galles dans le groupe B de l'Euro, jeudi.

Inséré dans le match au retour du vestiaire, Sturridge a aussi pavé la voie au but égalisateur, à la 56e. Son court centre a été converti par Jamie Vardy, après une déviation malchanceuse du capitaine gallois, Ashley Williams.

Vardy était lui aussi un ajout pour la deuxième demie. Le sélectionneur Roy Hodgson aura vu juste, lui qui a parfois été blâmé pour trop d'emphase défensive.

« Il a fait des changements qui ont rapporté », a résumé le capitaine des vainqueurs, Wayne Rooney.

Le jeune Marcus Rashford était aussi sur le terrain lors du but gagnant, donnant alors aux Anglais quatre francs-tireurs.

Le pays de Galles avait frappé à la 42e, sur un coup franc à la trajectoire basse de Gareth Bale. Battu à sa gauche, Joe Hart aurait bien aimé revoir ce tir. Il a sûrement été des plus soulagés et des plus réjouis par le dénouement du match.

Que ce soit à l'Euro ou en Coupe du monde, les Anglais remportaient un premier match où ils avaient un retard à la demie.

Avec quatre points, l'Angleterre passe au premier rang de son groupe et semble en bonne voie pour prolonger sa présence au tournoi. Le pays de Galles devra battre les Russes lundi, s'il veut rester en lice.

À Lyon, Gareth McAuley et Niall McGinn ont fourni les buts dans un gain de 2-0 des Nord-Irlandais aux dépens de l'Ukraine, dans le groupe C.

Sous une forte pluie, McAuley a fait mouche d'une tête à la 49e, envoyant le ballon près du poteau éloigné. Il optimisait ainsi le coup franc d'Oliver Norwood.

La pluie est devenue de la grêle, à un point tel que l'arbitre a arrêté le match pendant quelques minutes, à la 58e.

McGinn a fait 2-0 dans la sixième minute du temps ajouté, sur le rebond d'un tir de Stuart Dallas.

Michael O'Neill avait remplacé cinq joueurs à la suite du décevant revers de 1-0 contre la Pologne.

L'Irlande du Nord sortait gagnante d'un match de tournoi majeur pour la première fois depuis 1982, alors que la nation a battu l'Espagne en Coupe du monde.

Des Russes expulsés de la France

Après une semaine tumultueuse à l'Euro, les autorités françaises ont annoncé l'expulsion de la France de 20 partisans russes, prévue la semaine prochaine.

Ils auraient contribué à la violence qui a terni le match Russie - Angleterre à Marseille, le 11 juin.

Stéphane Bouillon, préfet de Provence-Alpes-Côte d'Azur, où se trouve la ville portuaire, a dit qu'ils seront chassés de l'Hexagone lundi. Le groupe est détenu.

Ceux en voie d'expulsion étaient dans la quarantaine de supporters interpellés mardi, quand leur autobus a été stoppé par la police près de Mandelieu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer