Point inespéré et repos pour le Fury

Carl Haworth (17) a égalé la marque 1-1... (Courtoisie: Steve Kingsman, Fury d'Ottawa)

Agrandir

Carl Haworth (17) a égalé la marque 1-1 à la 59e minute de jeu samedi contre le Rayo à l'aide d'un coup franc parfait.

Courtoisie: Steve Kingsman, Fury d'Ottawa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En grave manque d'effectifs et au bord de l'épuisement en raison de son horaire amplifié des dernières semaines, le Fury d'Ottawa n'a pas été attristé de mettre un terme à sa saison printanière dans la NASL avec un verdict nul de 1-1 contre le Rayo Oklahoma City à la Place TD samedi soir.

Considérant que la moitié de ses joueurs n'occupaient pas leur position habituelle et que le Fury avait dû rappeler deux gamins de 18 ans de son académie pour disputer ce 6e match en 21 jours, le club local s'estimait chanceux d'avoir pu amasser un point au classement.

Récupérant toujours de leur voyage à Vancouver, les Ottaviens ont toutefois impressionné leurs 7847 partisans. Malgré toutes les embûches, ils ont contrôlé le ballon pendant 65 % du match et dominé 23-10 au chapitre des tirs au but.

En tenant compte de ces facteurs, le verdict nul de 1-1 est même un peu décevant. Mais si on avait dit, avant le match, à l'entraîneur-chef Paul Dalglish qu'il amasserait un point dans les circonstances, il aurait crié au vol. « Ce point représente probablement le fait saillant de notre saison printanière. C'est une question de perspective. Nos joueurs étaient complètement crevés. Nous avons fait jouer un attaquant (Dennis Chin) à la défense tout en faisant appel à un joueur de notre académie (Dario Dante). Malgré tout, nous avons complètement dominé ce match. Nous avons effectué 600 passes. C'est l'étoffe de la Ligue des champions ! Par contre, nous avons été incapables d'exploiter nos chances de marquer. »

Le Fury a été impressionnant samedi, mais après seulement trois minutes de jeu, on aurait pu craindre le pire. Ian Svantesson a profité d'une bourde du capitaine Julian de Guzman dans la surface de réparation pour donner une avance de 1-0 au Rayo. Le Fury aurait pu se coucher et attendre le début de la saison automnale dans trois semaines pour se remettre en marche. C'était mal connaître l'équipe de Paul Dalglish, qui a joué avec un aplomb sans précédent.

Le match a été émotif. Tellement que Dalglish a été expulsé dès la 28e minute quand un joueur du Rayo a effectué un tacle dangereux sur un de ses protégés. L'Écossais bouillait sur les lignes de côté. Il a invectivé le joueur fautif, l'entraîneur adverse et même un officiel. On lui a montré le chemin du vestiaire.

« Je demande toujours à mes joueurs de jouer avec passion et intensité. Je crois que la marmite a débordé de mon côté. Je dois des excuses à mon équipe, mais en même temps, j'étais choqué parce que j'ai vu des carrières prendre fin avec des tacles de la sorte. Je dois cependant admettre que ç'a été plaisant de regarder le match à partir de la galerie de presse. On voit très bien le jeu là-haut ! »

Dalglish sera donc suspendu pour le premier match de la saison automnale à New York le 2 juillet prochain. Après son départ samedi, le Fury a laissé ses tripes sur le terrain. À la 59e minute, Carl Haworth a égalé la marque 1-1 sur un superbe coup franc.

À la 89e minute de jeu, Dario Conte a écrit une page d'histoire du Fury en devenant le premier joueur local à jouer pour le grand club. En remplacement de Julian de Guzman, il a complété ses trois passes en quatre minutes.

« J'étais nerveux et excité. C'était la première fois que je jouais devant plus de 5000 personnes. Je me sens privilégié. Ça donne le goût de jouer ici à nouveau », a-t-il résumé après son exploit.

Retour en demi-teinte pour Julian de Guzman

Ses coéquipiers sont tombés au combat les uns après les autres dans les dernières semaines. Julian de Guzman, en bon capitaine, n'avait pas le choix de reprendre l'action samedi. Face au Rayo d'Oklahoma City, il a amorcé son premier match en 40 jours.

Ce retour au jeu représentait une bonne nouvelle pour le Fury, mais une bévue de sa part a mené au premier but du Rayo. L'international canadien a été incapable de maîtriser une passe de routine devant son filet. L'adversaire en a profité pour s'inscrire au pointage rapidement pour forcer le Fury à jouer du soccer de rattrapage.

«C'est un manque de concentration de ma part. Ce genre d'erreur ne devrait jamais se produire avec l'expérience que j'ai. J'ai eu un lent départ, mais ça s'est replacé. L'équipe aussi. Nous avons été organisés, créatifs et solides défensivement.»

Plus le match avançait, plus il prenait ses aises. De Guzman devait jouer 60 minutes. Il est finalement sorti à la 89e minute. «Je me sentais bien après la première demie. J'ai voulu rester jusqu'à la 70e minute, puis Mauro Eustaquio avait des crampes. Je suis resté aussi longtemps que j'ai pu avant de passer le relais au jeune Dario. C'est super de voir un joueur élevé dans notre académie jouer un premier match chez lui. Ça augure bien pour l'avenir du club.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer