Une rare gaffe pour Peiser

Les joueurs du Fury ont tiré à 15... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les joueurs du Fury ont tiré à 15 reprises vers le filet adverse.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Fury d'Ottawa doit beaucoup à Romuald Peiser. Si le gardien français n'avait pas été aussi dominant, dans les deux dernières années, le club aurait gagné pas mal moins souvent.

«C'est enrageant, mais c'est probablement ma première véritable... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

«C'est enrageant, mais c'est probablement ma première véritable gaffe de la dernière année», a déclaré Peiser, qui s'est mérité le titre de gardien par excellence de la NASL en 2015.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Vendredi, toutefois, Peiser a prouvé qu'il était humain.

Dans la 65e minute d'un match contre les Strikers de Fort Lauderdale, un lancer d'environ 25 mètres d'apparence inoffensif lui a causé bien des soucis. Même si la balle arrivait droit vers lui, Peiser a trouvé un moyen de la laisser passer.

C'est ce but, porté à la fiche du striker américain Giuseppe Gentile, a fait la différence dans un match remporté par 2-1 par le club de la Floride.

«Il se marque beaucoup de buts étranges dans notre ligue depuis le début de la saison. Cette fois, je suis la victime.»

«C'est enrageant, mais c'est probablement ma première véritable gaffe de la dernière année», a déclaré celui qui a mérité le titre de gardien par excellence de la North American Soccer League en 2015.

Peiser ne pouvait pas vraiment se reprocher grand-chose sur l'autre but de Fort Lauderdale, en première demie. Le Brésilien Maicon Santos s'est présenté seul devant lui à la huitième minute. Au préalable, il a réussi à se glisser entre les défenseurs d'Ottawa Rafael Alves et Lance Rozeboom.

Sinon, dans tout le match, les joueurs de Paul Dalglish n'ont vraiment rien eu à se reprocher.

Même si leur séquence de neuf victoires consécutives à la Place TD a pris fin, ils ont joué un fort match.

«Ce qui s'est passé ce soir, c'est carrément incroyable. Leur gardien portait un masque de bandit. Je ne peux pas croire que les Strikers s'en tirent avec les trois points ce soir. C'est un véritable vol», a lancé l'entraîneur-chef, dans sa conférence de presse d'après-match.

Le gardien en question, Diego Restrepo, a fait face à un véritable barrage. Les joueurs du Fury ont tiré à 15 reprises vers son filet.

«Nous avons dominé partout. Nous avons contrôlé le ballon 70% du temps. Nous avons eu des lancers. Nous avons dominé dans les corners. Notre équipe ne peut simplement pas mieux jouer que ce soir. Nous avons enfin vu le résultat de tous ces longs mois de travail», a-t-il ajouté.

L'attaquant canadien Carl Haworth a inscrit le seul but du Fury, sur un penalty, en fin de match.

Belle récompense pour celui qui aura donné le plus de maux de tête à Restrepo durant cette rencontre.

Le Fury pourra, au strict minimum, s'appuyer sur cette performance encourageante alors qu'il se prépare pour son duel contre une formation de la Major League Soccer.

Les Whitecaps de Vancouver seront en ville dans quatre jours, pour disputer le premier match de la demi-finale du Championnat canadien Amway.

«Il faudra jouer différemment contre eux, prévient toutefois Dalglish. Il faudra se montrer plus conservateurs. Ils ont des joueurs qui peuvent nous faire mal.»

Le capitaine Julian de Guzman et le très polyvalent Marcel De Jong ne seront pas disponibles pour cette partie. Tel que prévu, ils ont été appelés en sélection canadienne.

On dirait d'ailleurs que Dalglish a décoché une flèche envers son capitaine, qui a passé presque toute la saison printanière sur la liste des blessés.

«Il se dit apte à revenir au jeu juste à temps pour les matches de l'équipe canadienne. C'est fantastique», s'est-il exclamé avec une pointe de sarcasme dans la voix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer