De Jong, la vedette temporaire du Fury

Le Canadien Marcel de Jong (au centre) a... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Canadien Marcel de Jong (au centre) a été un élément central de l'attaque du Fury depuis le début de la saison.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a joué aux Pays-Bas ainsi qu'en première ligue allemande. Il y a 15 mois, il a traversé l'Atlantique pour disputer une saison dans la MLS avec le Sporting de Kansas City.

Libéré par l'équipe du Kansas au printemps alors que la fenêtre de transfert des joueurs internationaux venait de se fermer, Marcel De Jong a abouti chez le Fury d'Ottawa où il s'est engagé à très court terme, le temps de se refaire une confiance.

L'équipe de la capitale nationale a joué de chance parce les options du milieu de terrain âgé de 29 ans devenaient soudainement limitées.

Membre de l'équipe nationale canadienne qui se rendra en Autriche pour y disputer deux matches amicaux au cours des 14 prochains jours, Marcel De Jong a survolé la compétition depuis sa rentrée dans la NASL. En cinq matches, trois de ses tirs ont touché le fond du filet adverse.

L'entraîneur-chef Paul Dalglish l'utilise à toutes les sauces. En incluant les deux parties du championnat canadien Amway, il a déjà évolué à six positions différentes en seulement sept matches avec l'équipe!

Restera, restera pas?

Les partisans du Fury devraient profiter de sa présence dans l'alignement. Bientôt, le natif de Newmarket pourrait évoluer sous d'autres cieux. Dans la MLS, il commandait un salaire frisant les 200 000$US en 2015. Le Fury n'a pas les moyens de se le payer pendant une saison complète.

«Il y a une possibilité que je reste. Ma femme et ma fille sont bien ici. Femme heureuse, vie heureuse! En même temps, mon agent est au téléphone et il semble y avoir des scénarios intéressants pour moi.»

Marcel De Jong
milieu de terrain du Fury

Marcel De Jong sera à son poste vendredi pour la visite des Strikers de Fort Lauderdale, mais il va rater le premier match de la demi-finale du Championnat canadien contre les Whitecaps de Vancouver à la Place TD le 1er juin et le match du 4 juin à Tampa Bay. Quand il reviendra de son séjour en Europe avec l'équipe canadienne, il disputera le deuxième match contre les Whitecaps le 8 juin avant de terminer la saison printanière du Fury à domicile le 11 juin contre Oklahoma City. Après, la fenêtre des transferts internationaux se rouvrira.

«Il y a une possibilité que je reste. Ma femme et ma fille sont bien ici. Femme heureuse, vie heureuse! En même temps, mon agent est au téléphone et il semble y avoir des scénarios intéressants pour moi. Je suis déménagé en Hollande quand j'avais quatre ans. La majorité de ma famille habite en Europe. Je veux jouer au plus haut niveau possible pour subvenir aux besoins de ma petite famille avec le peu d'années qui me restent à jouer.»

Sur le terrain, Paul Dalglish a rapidement remarqué que De Jong se démarquait des autres. «Il a été fantastique. Il est souvent impliqué dans les jeux clés qui nous rapportent des points. Il reçoit tout le crédit qui lui revient. Il vient encore d'être choisi dans l'équipe d'étoiles de la semaine de la NASL.»

Se rendre à l'évidence

L'entraîneur-chef du Fury fera de son mieux pour garder De Jong à Ottawa pendant la saison automnale, mais il doit se rendre à l'évidence. «C'est un joueur de premier niveau. Ses options seront nombreuses. Nous sommes choyés de l'avoir ici à court terme.»

Auteur du but gagnant du Fury dimanche dernier, De Jong savoure sa production offensive puisqu'il a été un défenseur pendant la majorité de sa carrière. «J'ai commencé ma carrière à l'attaque, mais dès ma première année professionnelle, j'ai été appelé à remplacer un défenseur frappé d'un carton rouge. J'avais 18 ans. Je n'ai plus joué à l'attaque par la suite avant cette année. Ma famille me dit qu'elle me voit plus comme un joueur offensif. Je n'en suis pas certain, mais j'aime bien compter devant nos partisans ici!»

Vous n'avez pas encore vu Marcel De Jong en action à la Place TD? Ne tardez plus. Il n'est pas à sa place dans la NASL.

Une première étoile pour Romuald Peiser

Le gardien du Fury, Romuald Peiser... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Le gardien du Fury, Romuald Peiser

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Habitué de l'équipe d'étoiles hebdomadaire de la NASL en 2015, le gardien Romuald Peiser a profité de son deuxième blanchissage de la saison dimanche dernier, dans un gain de 1-0 sur l'Armada de Jacksonville, pour obtenir une première nomination de 2016.

Le Français a effectué trois arrêts dans la rencontre pour permettre au Fury de demeurer invaincu à domicile en trois matches de la saison printanière.

Auteur du but gagnant à la 88e minute de jeu, Marcel De Jong a pour sa part été choisi dans l'équipe d'étoiles pour une deuxième fois. Le milieu de terrain s'est dit flatté par cette autre nomination tout en ajoutant qu'il préférait être le joueur du match pour le Fury que d'être choisi dans l'équipe d'étoiles.

Quant à Peiser, il a attribué sa sélection à un travail collectif qui reste à peaufiner. «Nous sommes sur une belle séquence, mais nous savons qu'elle demeure fragile et que nous aurons un autre gros match contre Fort Lauderdale vendredi. Nous commettons moins d'erreurs qu'en début de saison et nous devons continuer de nous améliorer», a expliqué le gardien de 36 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer