Le Fury retrouve un rival

L'attaquant Carl Haworth estime que le duel de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'attaquant Carl Haworth estime que le duel de samedi contre le Minnesota United sera intense.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À son cinquième essai, le Fury d'Ottawa a finalement inscrit un match dans la colonne des victoires samedi dernier.

Les hommes de Paul Dalglish ont réussi leur retour à domicile en prenant la mesure du club d'expansion de Miami au compte de 2-0 devant une foule de plus de 7000 spectateurs à la Place TD. Le Fury sera de retour devant ses partisans samedi après-midi, mais pour amorcer une séquence gagnante, il devra maintenant vaincre un club qui prépare sa rentrée dans la Major League Soccer en 2017.

Le Minnesota United a mis toute la gomme durant la saison morte en prévision de sa promotion dans la meilleure ligue professionnelle d'Amérique du Nord. Il misait déjà sur Christian Ramirez, récipiendaire du ballon d'or de 2014 après une saison de 20 buts. Le club en voulait plus. Il est allé chercher le détenteur du ballon d'or de 2015 en Stefano Pinho. Ce dernier avait inscrit 15 buts avec les Strikers de Fort Lauderdale avant d'être décoré du titre du joueur le plus utile de la ligue. Ce n'est pas tout, ils ont aussi arraché le talentueux attaquant Lance Laing au FC Edmonton.

C'est le cas de le dire. Le United sera armé jusqu'aux dents pour venger son échec de 2-1 en demi-finale de la NASL à Ottawa en novembre dernier. Un but en prolongation de Tom Heinemann avait propulsé les Ottaviens en finale.

«Ça va être intéressant de les retrouver. Ça fait sept matches que nous jouons contre eux depuis notre entrée dans la ligue. Ça fait sept fois que ça se décide par la marge d'un but ou moins», raconte l'attaquant Carl Haworth, membre du Fury depuis la première heure.

Encore cette année, le United se tient dans le peloton de tête avec trois victoires en quatre matches. Il mène la ligue avec seulement deux buts accordés. L'attaque a déjà fourni sept buts. Christian Ramirez en revendique trois à lui seul.

«Ça va être un duel intense. Ça se corse toujours entre nous. Chaque défaite contre eux a été crève-coeur, mais notre victoire en demi-finale l'an dernier devant une foule de près de 10 000 spectateurs avait été savoureuse! J'espère que nos partisans seront nombreux à témoigner de notre rivalité. Ils jouent tellement bien leur rôle de 12e joueur», a poursuivi Haworth.

Le Fury a sûrement pris un peu de confiance en comptant deux buts la semaine dernière. Il sera également un peu plus en santé pour son deuxième match devant ses partisans. L'international canadien Marcel de Jong pourra reprendre son poste au centre du terrain ou en défensive. Le capitaine Julian de Guzman (claquage) ne s'est pas entraîné avec le club vendredi, mais l'entraîneur-chef Paul Dalglish a indiqué qu'il s'approchait d'un retour au jeu et qu'il pourrait même reprendre l'action samedi.

Chose certaine, le Fury a libéré un poids sur les épaules en signant sa première victoire avant de se frotter à la puissance du United.

«C'est sûr que les joueurs ressentent moins de pression, mais comme groupe d'entraîneurs, on savait qu'on se dirigeait dans la bonne direction et que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il y ait un déclic. Il faudra répéter cette performance contre un très bon club qui a dépensé beaucoup d'argent pour se préparer à monter en MLS. Nous n'avons pas à être intimidés. Nous pouvons battre n'importe qui dans notre forteresse.»

Le Fury n'a pas perdu à ses sept derniers matches devant ses partisans. Sa dernière défaite? Contre le Minnesota le 15 août 2015...

Les partisans au rendez-vous

Le soccer professionnel serait-il en train de gagner la région de la capitale nationale? Samedi dernier, 7023 spectateurs ont assisté à la victoire du Fury contre le FC Miami dans le match d'ouverture de la saison.

En 2015, le Fury avait attiré 5093 spectateurs à son premier match à la Place TD. Dans le match suivant, ce chiffre était rapidement tombé à 3023. Cette année, en se fiant à la prévente, le Fury s'attend à accueillir plus de 5000 personnes pour son deuxième match local de la saison.

Malgré le début de saison en dents de scie de l'équipe ottavienne qui n'avait pas gagné à ses quatre premiers matches à l'étranger, l'équipe aura accueilli environ 2000 spectateurs de plus par match qu'à pareille date l'an dernier. Bien sûr, le soleil y est sûrement pour quelque chose. Il a fait beau la semaine dernière et ça devrait être encore un peu plus chaud samedi.

L'élimination des Sénateurs et du Canadien des séries éliminatoires de la LNH doit aussi favoriser l'achalandage à la Place TD en ce début de saison de soccer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer