Un entraîneur de renom dans le décor gatinois

Le gardien du Fury, Romuald Peiser... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gardien du Fury, Romuald Peiser

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est inscrit noir sur blanc dans son contrat avec le Fury. Quand Romuald Peiser remisera ses crampons, il poursuivra sa carrière dans la même équipe et il fera partie du personnel des entraîneurs ottaviens.

Récipiendaire du gant doré attribué au meilleur gardien de la NASL en 2015, le joueur étoile de 36 ans pourra déjà commencer à se faire la main cette saison. Il y a quelques jours, il a accepté d'entraîner les gardiens du FC Gatineau dans la Première ligue du Québec. Le club de l'Outaouais pouvait difficilement trouver mieux pour gagner en crédibilité.

«J'ai déjà fait mes diplômes d'entraîneur en France, mais je dois obtenir mes équivalences ici pour devenir entraîneur au Canada. J'ai été en contact avec la Fédération québécoise de soccer qui m'a mis référé aux gens en Outaouais. Au début, il était question d'une implication avec un programme sports-études à partir de septembre, mais après on m'a proposé d'entraîner des adultes avec le FC Gatineau en entendant. Je voulais bien!»

Romuald Peiser deviendra notamment le mentor du gardien titulaire du FC Gatineau, Horace Patient, déjà gagnant du ballon d'or de la PLSQ à deux reprises.

L'entraîneur-chef Nabil Aouadi considère qu'il s'agit d'un atout important pour son club de pouvoir compter sur un entraîneur de ce calibre. «En plus, il joue encore. Ça sera bien de l'avoir pour s'occuper de nos gardiens.»

«Un bon bagage»

Le gardien français ne s'est pas fait tordre le bras pour ajouter à son horaire déjà chargé à l'extérieur du terrain.

«Je le fais vraiment de bonne volonté. J'ai déjà enseigné aux jeunes garçons de l'académie du Fury l'an dernier. Cette année, je m'occupe des jeunes filles de l'académie. Là, je vais pouvoir entraîner des adultes. Au niveau des gardiens, ça va me permettre d'amasser un bon bagage pour préparer mon après-carrière dans deux ou trois ans.»

Très impliqué dans la communauté depuis son arrivée dans la région d'Ottawa-Gatineau, Romuald Peiser passe plusieurs heures par semaine à entraîner de jeunes joueurs de soccer. À part les programmes d'élite de l'académie du Fury et le FC Gatineau, il participe régulièrement à des cliniques offertes par les joueurs du Fury à des clubs de la région.

Tenez, cette année, on lui a confié la tâche de s'occuper des clubs du secteur Cumberland d'Ottawa, là où il y a une majorité de joueurs francophones. «Chaque joueur du Fury est responsable d'un club. Je ne ferai pas qu'un acte de présence. Je vais aller rencontrer ces jeunes plus d'une douzaine de fois. C'est une façon de redonner à la communauté.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer