Un «super substitut» qui veut remplir les buts

À court terme, Dennis Chin voudra démontrer qu'il... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

À court terme, Dennis Chin voudra démontrer qu'il peut devenir un partant chez le Fury.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Quand les Rowdies de Tampa Bay ont arraché Tom Heinemann au Fury d'Ottawa pendant la saison morte, il fallait trouver un attaquant pour chausser ses souliers de meilleur compteur.

Promu de la United Soccer League pour remplacer Marc Dos Santos à la barre du Fury, Paul Dalglish a immédiatement pensé à un joueur qu'il avait vu sévir dans sa ligue pendant cinq ans. Dennis Chin a marqué beaucoup de buts avec les Lions d'Orlando City avant que ceux-ci fassent le saut dans la Major League Soccer en 2015.

Fils d'un père chinois et d'une mère jamaïcaine, Dennis Chin avait eu un impact immédiat à son année recrue en 2011, alors qu'on l'avait qualifié de super sub parce que sa vitesse et son énergie lui permettaient de marquer des buts lorsqu'il remplaçait un coéquipier épuisé en fin de match.

Débordant de confiance à sa deuxième année, il a inscrit 11 buts et totalisé 27 points pour établir des sommets dans la USL en 2012.

Sa production a chuté légèrement par la suite, mais ses prouesses offensives ont contribué aux nombreux championnats de saison régulière et des séries des Lions. Quand Orlando City a pu se joindre à la MLS, Chin n'a pas suivi. On ne le jugeait pas prêt à passer au niveau supérieur.

La saison 2015, il l'a plutôt passée avec l'Arizona United où il n'a compté que trois buts en 20 matches. Toutefois, Paul Dalglish croyait suffisamment en son potentiel pour lui offrir une promotion en deuxième division nord-américaine à son arrivée avec le Fury.

Choc culturel

Né en Jamaïque et déménagé en Floride à l'âge de 11 ans, le longiligne marchand de vitesse de 1,85 m (6' 1") et 71 kg (156 livres) n'avait jamais vu de neige de sa vie avant de débarquer dans la capitale du Canada en février dernier. «Je me suis senti loin de chez nous. Ce fut un choc culturel. Je n'avais jamais vécu dans une température sous 20 degrés Farenheit, mais au moins on s'entraînait à l'intérieur et nous avons passé une semaine en Arizona!»

À Ottawa, Chin a connu un camp du tonnerre. Il a compté quatre buts en matches hors concours. Il a toutefois été blanchi à ses quatre premiers matches de la saison régulière, lors desquels il n'avait obtenu qu'un seul départ. Dans la dernière victoire contre le FC Miami samedi, il a enfin inscrit son premier but dans la NASL sur un jeu spectaculaire. Comme à son année recrue avec Orlando City, ce but a été compté dans les dernières secondes de jeu.

«J'avoue que j'ai pensé à mes débuts chez les professionnels quand j'ai compté en rentrant en fin de match. J'étais soulagé parce que je voulais montrer à tout le monde que j'étais ici pour jouer, pour compter et pour gagner comme à Orlando. Je voulais être à la hauteur des attentes et montrer que je pouvais compter au niveau supérieur. Un but, c'est bien, mais il en faudra d'autres.»

À court terme, l'attaquant de 28 ans voudra démontrer qu'il peut devenir un partant chez le Fury. En attendant, il va prendre ce que les entraîneurs vont lui donner. «La différence entre la USL et la NASL est minime. Les joueurs sont plus jeunes et plus rapides en USL, mais plus expérimentés en NASL. Pour avoir du succès, il vous faut seulement quelqu'un qui vous donne une chance et de la confiance.»

Dennis Chin a commencé la saison sur le banc du Fury, mais il n'a pas à rougir. Striker du Fury en 2015, Tom Heinemann a également été un super sub avant de prendre son envol en deuxième moitié de saison. Et après cinq matches en 2016, Heinemann et Chin ont un but chacun.

Des étoiles pour deux joueurs du Fury

Lance Rozeboom et Fernando Timbo sont nouveaux chez... (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Lance Rozeboom et Fernando Timbo sont nouveaux chez le Fury.

Courtoisie

La victoire de 2-0 du Fury d'Ottawa contre le FC Miami samedi dernier a été saluée par plus de 7000 partisans à la Place TD. Ce premier triomphe de la saison du Fury n'est pas passé inaperçu aux yeux des autorités de la NASL non plus.

Mercredi, deux joueurs ottaviens ont été retenus dans l'équipe d'étoiles de la semaine du circuit nord-américain. Même si le Fury a inscrit deux buts pour la première fois de l'année dans ce gain, ce sont des joueurs à caractère défensif qui ont été honorés.

À l'arrière, le défenseur Fernando Timbo s'est toutefois aidé en comptant le premier but de la partie. Au centre du terrain, Lance Rozeboom a bien remplacé le capitaine Julian de Guzman qui soignait un claquage à une cuisse. Le milieu de terrain américain a distribué le ballon avec aisance comme en témoignent ses 26 passes complétées en 31 tentatives pour un taux de succès de 84%.

«C'est une belle marque de reconnaissance (d'être élu dans l'équipe d'étoiles de la semaine), mais à la fin de la journée, ça ne veut pas dire grand-chose à mes yeux. Ce qui a compté, c'est notre première victoire de la saison devant une très bonne foule partisane. L'équipe au complet a bien joué à partir des attaquants jusqu'à notre gardien Romuald Peiser», a analysé Rozeboom, l'ancien capitaine de l'entraîneur Paul Dalglish à Austin la saison dernière.

Tout comme Rozeboom, Fernando Timbo est nouveau chez le Fury. Son premier but dans l'uniforme de l'équipe s'est avéré celui de la victoire. Défensivement, le jeu du Brésilien a aidé Romuald Peiser à signer son premier jeu blanc en cinq matches de la saison 2016.

«En tant qu'équipe, nous avons mis beaucoup de pression sur nos adversaires. Nous étions bien positionnés et nous avons bien exécuté nos jeux pendant 90 minutes. Nous avons aussi été disciplinés pendant toute la rencontre. Il faut construire sur cette victoire afin de prendre du momentum puisque nous avons encore quelques parties à domicile qui s'en viennent», a ajouté Rozeboom.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer