Déjà un match «à pression» pour le Fury

Le gardien du Fury d'Ottawa, Romuald Peiser, n'aime pas... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gardien du Fury d'Ottawa, Romuald Peiser, n'aime pas trop consulter le classement général ces jours-ci.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La saison de la North American Soccer League est bien jeune. Il est donc tôt pour parler de matches qu'il ne faut absolument pas perdre.

Romuald Peiser n'a pas peur d'ajouter cette pression sur les épaules de ses nouveaux coéquipiers.

Le gardien du Fury d'Ottawa n'aime pas trop consulter le classement général ces jours-ci. Ça lui rappelle que son club a obtenu un seul petit point en trois parties jusqu'à maintenant.

Lorsqu'il s'y aventure, il peut cependant constater que ses prochains adversaires ont une fiche identique. Le FC Edmonton a lui aussi signé un match nul et encaissé deux revers jusqu'à maintenant.

«Ce sera un match à pression. L'équipe qui va perdre aura complètement raté son début de saison», a lancé le vétéran, lorsqu'appelé à parler de la rencontre qui sera disputée sur la pelouse albertaine, dimanche.

Il n'a visiblement pas peur des mots.

Son nouvel entraîneur, Paul Dalglish, s'efforce de maintenir un discours positif depuis le début de la saison. Il rappelle que le Fury ne jouit pas d'un calendrier très favorable.

«Il n'est jamais facile de commencer la saison en disputant quatre rencontres consécutives à l'extérieur. C'est encore pire dans une ligue où les déplacements sont aussi pénibles», indique-t-il.

Les deux hommes se rejoignent cependant sur l'essentiel. Le Fury pourrait connaître une bien meilleure fin de mois en dominant le seul club canadien.

Un peu par défaut, les Eddies demeurent leurs plus grands rivaux.

«Je connais bien les derbys. J'ai été impliqué dans plusieurs rivalités durant ma carrière de joueur. J'ai assisté, à titre de spectateur, à des rencontres légendaires», rappelle celui qui a passé sa jeunesse à Liverpool.

Son père, Kenny, était le manager du Liverpool FC.

«Les derbys sont les matches qu'on veut le plus gagner dans le cadre d'une saison. Tout ça me porte à dire que nous avons désespérément besoin de gagner notre prochaine partie.»

Équilibre à améliorer

Pour bien comprendre ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne moins, Peiser est la référence chez le Fury. Son franc-parler peut être désarmant, parfois.

Après l'entraînement de vendredi, il a résumé de façon très claire les trois premières parties. «Certaines séquences sont intéressantes, mais l'équilibre de l'équipe est à améliorer, déclare-t-il. On concède beaucoup trop de chances, on concède beaucoup trop de buts.»

«Il va falloir qu'on soit beaucoup plus réalistes devant le but et beaucoup plus costauds derrière si on veut tirer quelque chose de cette saison.»

À ses nombreux coéquipiers qui effectuent leurs premiers pas dans la NASL, Peiser tient à rappeler que tout peut changer. «Nous évoluons dans une ligue ou n'importe qui peut battre n'importe qui.»

«Maintenant, ce n'est pas comme dans les jeux vidéos où tu peux appuyer sur le bouton restart. Il va falloir s'ajuster.»

«Il faut être honnête et admettre les lacunes qu'on a. Le pire, c'est quand tu ne veux pas admettre que tu n'as pas bien joué.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer