Haworth aura une chance de briller avec le Fury

Carl Haworth pourrait faire partie du onze partant... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Carl Haworth pourrait faire partie du onze partant lors du premier match de la saison régulière du Fury, dans une semaine.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La saison morte avait été assez éprouvante comme ça. Richie Ryan, Tom Heinemann et à peu près tous les membres de la brigade défensive qui avaient décampé. Ça ne laissait rien présager de bon pour le Fury d'Ottawa.

Il fallait en plus que des blessures sérieuses surviennent avant même le botté d'envoi.

L'attaquant brésilien Pablo Dyego et le défenseur américain Kyle Venter ont tous les deux subi de sérieuses blessures au camp d'entraînement. Les deux nouveaux-venus devront tous les deux passer sous le bistouri. Ils n'auront probablement même pas le temps de sauter sur le terrain artificiel de la Place TD en 2016.

Avec une semaine à faire avant le début de la saison régulière, il reste quelques joueurs qui souhaitent profiter de cette fâcheuse situation.

«Tout ce dont j'avais besoin, c'était qu'on me donne une opportunité. À moi maintenant de la saisir», lance joyeusement Carl Haworth.

L'attaquant né en Angleterre, mais élevé au Canada, fait partie de l'organisation depuis bientôt trois ans.

Il est passé par l'Académie du Fury, disputant quelques matches en Premier Development League (PDL) en 2013.

Depuis 2014, il essaie de se faire une place en NASL.

Plus que jamais, il voit une ouverture. Si tout se passe comme prévu, il devrait faire partie du onze partant lorsque l'équipe se rendra à New York pour y affronter le Cosmos, le dimanche 3 avril prochain.

«C'était mon objectif dès le départ. Stephen O'Kane dirigeait le Fury en PDL et il m'avait convaincu de me joindre à sa formation en me laissant entrevoir une carrière dans la NASL. Il m'avait convaincu de me donner une dernière chance», confie-t-il.

En 2013, Haworth avait 24 ans. Vingt-quatre ans, c'est un peu jeune pour parler d'une «dernière» chance. «C'était une période difficile de ma vie. J'avais été repêché par l'Impact de Montréal, mais j'avais été libéré. J'avais obtenu quelques essais ailleurs, mais j'avais été libéré chaque fois. Les choses ne fonctionnaient tout simplement pas comme j'espérais. J'étais vraiment rendu à la croisée des chemins. Est-ce que ça valait vraiment la peine de m'accrocher? Je commençais sérieusement à songer à la possibilité de me trouver un vrai boulot, de 9 à 5, qui m'aurait permis de bien gagner ma vie...»

«Mais je ne voulais pas accrocher mes crampons. Pas tout de suite.»

Aujourd'hui, il est récompensé. Le nouveau sélectionneur Paul Dalglish  se propose d'entamer la saison avec un dispositif 4-3-3. L'Argentin Gerardo Bruna et le Brésilien Paulo Junior devraient côtoyer Haworth à l'attaque.

«Notre système sera légèrement différent et plus axé vers l'attaque, explique Haworth. On ne nous demandera plus d'être derrière la balle en tout temps. Le système de jeu que nous avons appliqué au cours des dernières années était bon. Il nous a permis d'obtenir de beaux résultats. Mais c'était fatigant pour les ailiers de constamment se replier en défensive. Le nouveau système me convient davantage. C'est rafraîchissant.»

Poste libre

Par ailleurs, la blessure subie par Pablo Dyego libère un poste de joueur international à Ottawa. Dalglish pourrait attendre avant de le combler. «Il faut consulter nos budgets et voir combien d'argent il nous reste. Nous pourrions attendre la saison automnale avant de procéder à une embauche», a-t-il dit jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer