Milo restera avec le Rouge et Noir jusqu'en 2017

Christopher Milo... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Christopher Milo

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir n'a pas eu besoin de lui tordre le bras. Christopher Milo tenait à demeurer dans la capitale nationale qui l'a adopté au milieu de l'été dernier.

Le botteur québécois a accepté mardi une prolongation de contrat jusqu'en 2017. «Très très content, a-t-il commencé par dire au bout du fil.

«La transition s'est très bien faite pour moi la saison dernière. J'ai aimé la façon dont on m'a accueilli dans le vestiaire, que ce soit les joueurs, les entraîneurs et le reste du personnel de l'organisation.»

Milo, âgé de 29 ans, s'est joint au Rouge et Noir à la fin juillet, quelques semaines après avoir été mis à la porte par les Roughriders de la Saskatchewan. Ce fut une des embauches les plus importantes du directeur général Marcel Desjardins.

Milo a réussi 32 de 36 tentatives de placements, dont un de 48 verges, pour aider sa nouvelle équipe à remporter le championnat de l'Est et atteindre le match de la coupe Grey. En finale, il a inscrit sept des 20 points des siens. Ce ne fut toutefois pas suffisant, les Eskimos d'Edmonton gagnant 26-20.

«Nous avons vécu quelque chose qui était incroyable. Personne ne nous accordait de chances de participer aux éliminatoires. Puis personne ne nous accordait de chances d'atteindre le match de la coupe Grey. Et personne ne nous accordait de gagner de gagner, a rappelé Milo.

«Nous étions à quelques minutes de gagner la coupe.»

À trois minutes exactement avant le touché victorieux des Eskimos.

«Nous avons un jeune groupe en place. Un noyau solide. Avec l'expérience acquise, je ne vois aucune raison pourquoi nous ne pourrions pas soulever la coupe Grey cette fois-ci à la fin novembre.»

Charmé par la capitale

On le répète. Milo tenait à rester à Ottawa.

Parce que le Rouge et Noir s'avère compétitif. Parce que l'organisation traite bien ses joueurs. Mais également en raison de ses partisans.

«L'ambiance était incroyable dans le stade. J'espère que les amateurs vont être encore derrière nous la saison prochaine... Je n'ai aucun doute qu'ils seront derrière nous, a soutenu Milo, qui avait disputé ses quatre premières saisons complètes dans la LCF à Régina.

«Ottawa, c'est devenu une place vraiment le fun où jouer et vivre. J'adore ça ici.»

À quel point?

«Je passe l'hiver ici», a précisé Christopher Milo, qui aurait pu facilement retourner dans son patelin de Montréal en compagnie de sa copine.

En ce moment, il habite à deux pas de son coéquipier et quart-arrière, Henry Burris. Ajoutez à cela qu'il a entamé des démarches afin d'obtenir sa licence de planificateur financier et courtier en assurances.

Si tout va bien, le botteur du Rouge et Noir pourra exercer ce métier à la fin de l'hiver.

Et si tout va bien la saison prochaine, Milo pourra inscrire son nom une deuxième fois en carrière sur la coupe Grey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer