FIFA: Blatter confiant, Poutine le voit en Prix Nobel

Joseph Blatter est arrivé à son audience en... (Fabrice Coffrini, AFP)

Agrandir

Joseph Blatter est arrivé à son audience en arborant un énorme pansement sous l'oeil droit, mais n'a pas voulu expliquer ce qui lui était arrivé.

Fabrice Coffrini, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ZURICH

Joseph Blatter, président démissionnaire et suspendu de la FIFA, s'est montré confiant après avoir été entendu pendant environ huit heures jeudi par les juges de son instance, à Zurich, recevant même un soutien surprise de Russie puisque Vladimir Poutine le voit en Prix Nobel de la paix.

Blatter est reparti en fin d'après-midi de «sa» FIFA, dont il était président depuis 1998, comme il était venu: dans sa Mercedes noire, sans dire un mot. Le service de presse de ses avocats américains a toutefois dégainé un communiqué une heure plus tard: «Le président Blatter attend une décision en sa faveur. La preuve a été faite que le président Blatter s'est comporté comme il le fallait et n'a certainement pas violé le code d'éthique de la FIFA. Cette enquête devrait se refermer et la suspension devrait être levée».

Un coup de bluff? Le verdict est attendu à partir de lundi. Âgé de 79 ans, l'ancien grand patron de la planète football, doit répondre du fameux paiement controversé de 1,8 million d'euros (2,7 millions $CAN) à Michel Platini en 2011, qui pourrait valoir une radiation à vie aux deux hommes.

Mais la phrase-choc de la journée est venue, pendant son audition, de... Russie!

Vladimir Poutine a lancé lors de sa conférence de presse annuelle: «La contribution de Joseph Blatter dans le domaine humanitaire est colossale. Voilà la personne à qui il faut donner le prix Nobel de la paix.»

À sa sortie d'audition, difficile de lire quelque chose sur le visage fermé de Blatter, apparu avec un énorme pansement sous l'oeil droit, assis à l'arrière de sa voiture, une mystérieuse poupée en peluche à ses côtés. Le Suisse était accompagné de son avocat, son compatriote suisse Lorenz Erni, qui n'a pas dit un mot non plus à la vingtaine de journalistes présents.

Suspendu

Blatter, réélu au printemps une cinquième fois avant d'annoncer dans la foulée qu'il allait remettre son mandat lors d'un congrès électif le 26 février devant les scandales à répétition frappant son instance, est suspendu provisoirement depuis le 8 octobre et jusqu'au 5 janvier.

Cette mesure disciplinaire est tombée quelques jours après l'ouverture de procédures judiciaires en Suisse à son encontre pour ce paiement à Platini, mais aussi parce qu'il est soupçonné d'avoir signé un contrat de droits de télévision présumé déloyal envers la FIFA concernant les Coupes du monde 2010 et 2014.

La chambre de jugement de la commission d'éthique avait aussi prévu d'entendre Platini vendredi. Mais le Français de 60 ans a décidé de ne pas s'y rendre et sera représenté par ses avocats. Ce boycottage vise à «signifier sa plus profonde indignation» face à une procédure que l'ex-star de la Juventus considère comme «uniquement politique et visant à l'empêcher de se présenter à la présidence de la FIFA».

Blatter n'aspire officiellement qu'à bien achever sa présidence, tandis que pour Platini, qui brigue sa succession mais dont la candidature est de fait gelée, le calendrier est serré puisque le dépôt des candidatures est fixé au 26 janvier, au plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer