Les succès inespérés du Fury

Marc Dos Santos a dirigé son dernier match... (Photo Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Marc Dos Santos a dirigé son dernier match à la barre du Fury, dimanche.

Photo Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le rideau est tombé sur l'exceptionnelle saison du Fury d'Ottawa.

Le club a tenu son gala de fin de saison mardi soir dans un salon du stade de la Place TD. Les joueurs retourneront à la maison, mais certains resteront dans la capitale tout l'hiver dans le but d'égaler leurs exploits de la saison 2015.

Le président, John Pugh, était un homme fier lorsqu'il a dressé le bilan de l'an deux du Fury FC. «À notre première année, nous avons récolté 27 points en 27 matches, ce qui était bien pour une équipe d'expansion. Jamais nous n'aurions pensé récolter 56 points en 30 matches à notre deuxième saison. Nous n'avons perdu que deux de nos 27 derniers matches.»

Il n'allait certainement pas oublier le premier trophée de l'histoire du club, celui attribué aux champions d'automne. «Dès notre deuxième saison, nous avons ce trophée que Marc Dos Santos nous avait promis. Il a tenu promesse! Nos foules ont augmenté et elles ont même commencé à nous suivre sur la route.»

Le club a fracassé de nombreux records durant la saison. En saison automnale, la défense du Fury a été pratiquement impénétrable. «Le retour de notre capitaine Richie Ryan a aidé à nous relancer après une saison printanière difficile. Notre gardien, Romuald Peiser, a été phénoménal. Nous avons gagné un match éliminatoire excitant devant plus de 9300 partisans. Nous sommes passés à un but d'accueillir la finale. Je suis convaincu que nous aurions pu attirer 15 000 ou même 20 000 personnes à la Place TD pour cette première», a-t-il ajouté.

Le Fury s'est ensuite incliné 3-2 en finale à New York contre un club au budget astronomique. «Un seul de leur joueur gagnait plus d'argent que notre club au complet, mais nous avons marqué deux fois malgré un déficit d'un joueur. Notre parcours magique a pris fin, mais je suis convaincu qu'Ottawa est devenue une ville de soccer.»

John Pugh est devenu émotif au moment de remercier Marc Dos Santos, l'architecte de cette équipe gagnante. «Marc nous quitte, mais nous sommes ravis d'avoir été un arrêt sur son autoroute. Il a gagné partout où il est passé et il a certainement gagné ici. Merci d'avoir été le premier entraîneur-chef de notre histoire. Marc rêve de diriger l'équipe nationale un jour et je suis convaincu que le moment viendra.»

Marc Dos Santos annoncera sa prochaine destination vendredi, mais il a déjà affirmé qu'il allait se joindre au personnel des entraîneurs d'une équipe de la MLS en plus d'être l'entraîneur-chef de son club de réserve. Les rumeurs l'envoient à Kansas City.

«J'ai beaucoup aimé travailler avec ce groupe de joueurs et je me vois diriger avec certains d'entre eux plus tard. Je n'ai jamais appris autant d'un groupe de joueurs. Il faut remercier l'OSEG d'avoir mis une structure en place pour construire des équipes gagnantes. On le voit avec les 67's, le Rouge et Noir et le Fury. Ottawa est devenue une ville gagnante.»

John Pugh a ensuite assuré que l'OSEG allait faire de son mieux pour garder l'équipe intacte malgré les défis à affronter. «Le dollar canadien est en baisse, mais c'est un défi que nous acceptons. Nous voulons garder notre noyau de joueurs. La NASL était plus forte cette saison. On pense qu'elle le sera davantage la saison prochaine. Notre but est de participer aux séries chaque année.»

Le succès du Fury pourrait toutefois lui faire perdre quelques joueurs l'an prochain. Certaines équipes aux budgets plus élaborés sont déjà aux trousses des vice-champions de la NASL.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer