Le carton rouge qui a tout changé

Mason Trafford s'en voulait après le match, lui...

Agrandir

Mason Trafford s'en voulait après le match, lui qui a été expulsé à la 69e minute de ce match sans lendemain.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les visages étaient longs à la sortie du vestiaire du Fury d'Ottawa dimanche soir. Il restait une victoire à aller chercher pour mettre le point d'exclamation sur une saison phénoménale.

Un joueur souffrait plus que les autres après la défaite crève-coeur. Mason Trafford avait toujours le visage mouillé par les larmes quand il a rencontré les médias. Expulsé de la rencontre à la 69e minute de jeu, son carton rouge a pratiquement signé l'arrêt de mort du Fury.

«Les gens qui me connaissent savent bien que je ne suis pas un joueur salaud. Cette expulsion m'a pris par surprise. Le gars est tombé et il a roulé sous moi. Je ne sais pas si je pouvais l'éviter. Je n'avais aucune intention malicieuse. Je suis vraiment déçu. Je n'ai aucun historique en cette matière.»

Il faut dire que la réaction du joueur du Cosmos a influencé l'arbitre à sortir le carton rouge de sa poche. Il se tordait de douleur comme s'il avait besoin de l'ambulance, mais il s'est relevé pour finir la partie une fois que le carton rouge a été brandi.

«Des fois, les arbitres vont laisser passer, mais il est tombé dans le piège. Je suis démoli. C'était 1-0. Qui sait ce qui serait arrivé si j'étais resté sur le terrain?»

Contrairement à son match de la demi-finale où il avait été si dominant, le Fury a eu beaucoup de difficulté au centre du terrain pendant la finale. L'absence de Julian De Guzman s'est cruellement fait sentir contre le Cosmos. L'entraîneur Marc Dos Santos pouvait en témoigner.

«En finale, tu veux avoir tes meilleurs joueurs. Ce n'est pas une excuse. C'est un fait. De Guzman est un joueur important pour nous, mais il devait jouer avec l'équipe canadienne. Il n'y a qu'en Amérique du Nord qu'une finale se joue pendant une fenêtre de matches internationaux. Je termine le match avec beaucoup de 'si' dans ma tête. Si Julian avait été là? Si Mason n'avait pas eu son carton rouge? Cela dit, je n'enlève rien aux mérites du Cosmos.»

Auteur des quatre buts du Fury en séries, Tom Heinemann était évidemment déçu d'avoir raté la cible du club par un match. «Nous méritions un meilleur sort. Nous avons été capables de rebondir malgré certaines décisions qui ne sont pas tombées en notre faveur. Nous avons des joueurs de qualité, des joueurs d'expérience, des joueurs de caractère et c'est ce qui nous permet de ne jamais abandonner.»

Dernier entraîneur à avoir mené une équipe professionnelle canadienne à un titre en Amérique du Nord, Marc Dos Santos a aussi dirigé son dernier match avec le Fury. D'ici vendredi, il annoncera sa prochaine destination. «Je suis très attaché à ce groupe. C'est le meilleur qui m'a été donné d'entraîner, mais j'ai besoin d'un nouveau défi.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer